PUBLICITÉ

Tensions entre Bamako et Paris : le sentiment anti-français en hausse au Mali

Une manifestation pro-junte et pro-Russie le 13 mai 2022 à Bamako
Une manifestation pro-junte et pro-Russie le 13 mai 2022 à Bamako Tous droits réservés OUSMANE MAKAVELI/AFP or licensors
Tous droits réservés OUSMANE MAKAVELI/AFP or licensors
Par Julien Pavy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La junte militaire au pouvoir au Mali a décrété l'interdiction des activités de toutes les ONG financées ou soutenues par la France. Le dernier épisode des tensions entre Bamako et Paris.

PUBLICITÉ

C'est le dernier épisode des tensions entre Bamako et Paris : la junte militaire au pouvoir au Mali a décrété l'interdiction des activités de toutes les ONG financées ou soutenues par la France.

Une mesure de rétorsion après la décision de Paris de suspendre son aide publique au développement pour dénoncer l'influence grandissante du groupe russe Wagner dans le pays.

Au Mali, le sentiment anti-français s'est renforcé. Pour ces habitants de Bamako, la Françafrique, c'est fini. Ils revendiquent leur autonomie : "C'est nous qui aidons la France et pas l'inverse. Elle ne nous est d'aucune aide ici. Je me demande dans quel secteur la France aide le Mali ? Qu'elle ne remette plus les pieds ici, et pas seulement les ONG. Nous sommes autonomes," explique Bazoumana Traoré, un chauffeur.

"Il faut se débarrasser de l'idée de dépendance. Le Malien est devenu hybride. Nous pouvons effectivement nous passer des financements français, car toutes les matières premières viennent de chez nous, elles sont ensuite transformées chez nous. Si on arrive à tenir ce cap, c'est la France qui viendra nous demander de l'aide", ajoute Bourama Konaté, un peintre.

Victimes d'une décision politique, les ONG françaises ont exprimé leur colère et leur inquiétude pour une population qui souffre d'une crise alimentaire aiguë. Selon les Nations Unies, 7,5 millions de Maliens ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence, jusqu'ici fournie par les ONG.

Autre défi majeur pour le Mali et la région du Sahel : la propagation de la menace djihadiste. La France a retiré cet été du Mali ses derniers soldats de la force Barkhane, invoquant le nouveau contexte politique. Et l'Allemagne vient d'annoncer le retrait de ses troupes du Mali d'ici à mai 2024.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mali : 10 civils tués dans une attaque dans le centre du pays

Sous pression de Bamako, l'ONU sonne le glas de sa mission au Mali

Macron rend visite au président allemand pour une première visite d'État en 24 ans