PUBLICITÉ

Reportage : avec les civils dans la ville de Kherson "libérée" mais bombardée

Deux enfants fuient les bombes à Kherson, Ukraine
Deux enfants fuient les bombes à Kherson, Ukraine Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Anelise Borges
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Notre envoyée spéciale a accompagné des résidents de la ville du sud de l'Ukraine terrorisés par les bombes.

PUBLICITÉ

Après avoir survécu à plus de huit mois d'occupation russe, les habitants de Kherson ne peuvent toujours pas retrouver leur quotidien d'avant-guerre. La ville est régulièrement bombardée par les troupes russes, désormais redéployées au sud de la rivière Dnipro, à quelques kilomètres d'ici.

Notre envoyée spéciale a accompagné une professeure d'anglais (Irina) très attachée à sa ville mais résignée depuis peu à la quitter afin de protéger sa famille. Le jour de ce reportage, les bombardements pleuvent autour d'elles, la fille d'Irina les regarde à quelques rues d'elles : "je n'en ai jamais vu d'aussi proches...", lâche la jeune fille le regard inquiet. Beaucoup de gens ici connaissent pour la première fois l'horreur des bombardements aléatoires. A ses côtés, sa mère Irina, soupire, "c'est comme dans un film...".

Anelise Borges/Euronews
Irina et sa fille à Kherson.Anelise Borges/Euronews

Selon, Irina et les autres habitants rencontrés, les Ukrainiens n'ont jamais bombardé des zones habitées en essayant de reprendre la ville. Irina raconte qu'après avoir supporté la pression psychologique de l'occupation, elle pensait que sa famille n'aurait pas à quitter leur maison depuis leur départ mais cela vient de changer. "Il nous est déjà arrivé de ne pas avoir de lumière pendant une semaine, cette fois, ça fait trois semaines que nous sommes dans le noir", témoigne la mère de famille.

Euronews
Irina regarde par la fenêtre de son appartement à Kherson, une journée de novembre 2022 où les bombardement pleuvent.Euronews

Irina dit qu'elle a toujours voulu vivre "avec son peuple, les Ukrainiens" et donc n'est pas partie depuis le début de la guerre mais que peu à peu, elle a vu partir ses amis et qu'à présent elle prévoit de quitter Kherson, à tout moment.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Soumis à un déluge de feu russe, les civils fuient la ville de Kherson, récemment libérée

Guerre en Ukraine : Kherson libérée mais toujours menacée

Ukraine : à Kherson, la vie reprend difficilement