Guerre en Ukraine : la situation au 20 décembre, cartes à l'appui

Sasha Vakulina, Euronews, à Lyon 20/12/2022
Sasha Vakulina, Euronews, à Lyon 20/12/2022 Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Oleksandra Vakulina
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Vladimir Poutine juge la situation "extrêmement difficile" dans les régions de l'est sous contrôle russe

PUBLICITÉ

Le président du Bélarus, Alexandre Loukachenko, a probablement détourné les efforts de Vladimir Poutine visant à contraindre le Bélarus à faire de nouvelles concessions en matière d'intégration entre la Russie et le Bélarus, c'est la conclusion de l'Institut pour l'étude de la guerre, à la suite de la réunion qui s'est tenue à Minsk le 19 décembre. En se référant au Belarus, Vladimir Poutine a notamment déclaré que "la Russie ne souhaitait absorber personne".

Certaines forces russes sont basées au Belarus et ont utilisé son territoire lors de l'invasion initiale de l'Ukraine en février. La Russie dispose également d'avions bombardiers basés au Belarus. L'Institut ajoute que Poutine et Loukachenko se sont abstenus de discuter publiquement de l'invasion russe de l'Ukraine, les deux dirigeants soulignant que le Belarus est toujours confronté à une menace occidentale.

L'Institut pour l'Etude de la guerre estime que Lukashenko utilise la rhétorique de la défense des frontières biélorusses contre l'Occident et l'OTAN, dans le but d'éviter de participer à l'invasion russe de l'Ukraine. Le groupe de réflexion continue d'estimer que la participation du Belarus à la guerre totale de la Russie contre l'Ukraine reste improbable.

Le président russe a également déclaré que la situation dans quatre régions de l'est de l'Ukraine - Donetsk, Louhansk, Zaporijjia et Kherson - que Moscou prétend avoir annexées illégalement en septembre, était "extrêmement difficile".

Les forces ukrainiennes ont continué à frapper les concentrations de forces russes dans les zones arrière de l'oblast de Zaporijjia, alors que les forces russes continuent à renforcer et à établir des défenses dans la région.

À Kherson, les responsables ukrainiens ont indiqué que les forces russes retiraient certains éléments des zones situées le long de la rive est du Dniepr.

Mais ils avertissent aussi que les forces russes pourraient mener une opération de désinformation pour attirer les forces ukrainiennes dans un piège en feignant un retrait.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Volodymyr Zelensky à Washington ce mercredi, son premier voyage depuis le début de la guerre

Vladimir Poutine salue le chiffre d'affaires record des échanges commerciaux entre la Russie et la Chine

Ukraine : pas d'avancée russe majeure selon l'OTAN, Poutine dit ne pas vouloir s'emparer de Kharkiv