EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Tirs à Paris : une troisième personne décédée, un suspect récidiviste interpellé

La fusillade a eu lieu dans le Xè arrondissement de Paris, à proximité d'un centre culturel Kurde.
La fusillade a eu lieu dans le Xè arrondissement de Paris, à proximité d'un centre culturel Kurde. Tous droits réservés THOMAS SAMSON/AFP or licensors
Tous droits réservés THOMAS SAMSON/AFP or licensors
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Trois personnes ont été tuées par balles et trois autres blessées, vendredi peu avant midi dans un quartier animé du Xe arrondissent de Paris, par un homme de nationalité française qui a été interpellé et placé en garde à vue, selon des sources concordantes.

PUBLICITÉ

Trois personnes ont été tuées par balles et trois autres blessées, vendredi peu avant midi dans un quartier animé du Xe arrondissent de Paris, par un homme de nationalité française qui a été interpellé et placé en garde à vue. Il avait déjà été mis en cause pour un agression à caractère raciste.

Les faits se sont déroulés rue d'Enghien, au niveau d'un centre culturel kurde, dans un quartier commerçant et animé et notamment prisé de la communauté kurde. Une enquête a été ouverte des chefs d'assassinat, homicides volontaires et violences aggravées. Les investigations ont été pour l'heure confiées à la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Le bilan provisoire fait état de trois personnes décédées et trois blessés, selon le parquet de Paris. Un homme a été interpellé et placé en garde à vue peu après les faits. Ses motivations n'étaient pas connues immédiatement. Le parquet national antiterroriste et ses services sont venus sur les lieux "mais en l'état, (...) il n'y a aucun élément qui privilégierait la nécessité de leur saisine", a souligné la procureure.

Selon deux sources policières, le suspect, un conducteur de train à la retraite de nationalité française et âgé de 69 ans, est connu pour deux tentatives d'homicide commises en 2016 et décembre 2021. 

Motifs racistes

L'homme a voulu "manifestement s'en prendre à des étrangers", a affirmé Gérald Darmanin. "Il n'est pas sûr que le tueur qui a voulu assassiner ces personnes (...) l'ait fait spécifiquement pour les Kurdes", a ajouté le ministre de l'Intérieur, précisant qu'il ne pouvait dire à ce stade que l'homme était connu pour des faits d'ultra-droite. 

Laure Beccuau, la procureure de Paris, a expliqué plus tôt que le suspect serait "lié à des faits qui se seraient passés du côté de Bercy à Paris". L'homme avait été mis en examen pour violences avec arme avec préméditation à caractère raciste ainsi que pour dégradations. Il avait ensuite été placé en détention provisoire. Une source policière avait à l'époque indiqué à l'AFP que l'homme était soupçonné d'avoir blessé à l'arme blanche au moins deux migrants dans un campement à Paris le matin du 8 décembre 2021.

Présente sur les lieux, la maire du Xe arrondissement, Alexandra Cordebard, a affirmé devant la presse que "le meurtrier, lui-même (blessé et) en urgence relative, a été conduit à l'hôpital".

La Première ministre Elisabeth Borne a évoqué "un acte odieux" et exprimé son "plein soutien aux victimes".

"Panique totale"

Présente au moment de l’attaque, Selma Akkaya, journaliste et activiste kurde a indiqué à l’AFP qu’"il y a six personnes blessées" avec parmi elles, "un célèbre chanteur kurde". L'auteur des faits a tiré, selon elle, "en direction d'un salon de coiffure"."Sept à huit coups de feu dans la rue, c'est la panique totale, on est restés enfermés à l’intérieur", a témoigné auprès de l'AFP une commerçante d'un immeuble voisin souhaitant garder l'anonymat.

"On a vu un vieux monsieur blanc rentrer et tirer dans le centre culturel kurde, puis il est allé dans le salon de coiffure à côté", à l'angle avec la Cour des Petites écuries. "On est réfugiés dans le restaurant avec les salariés", a témoigné Romain, le directeur adjoint du restaurant Pouliche Paris, dans la rue, joint par téléphone.

La rue d'Enghien et le quartier comptent de nombreux restaurants, bars et commerces et ses trottoirs comme ceux des rues adjacentes grouillent habituellement de passants.

Le Centre Ahmet Kaya, ainsi prénommé en hommage au célèbre chanteur éponyme, est une association loi 1901 ayant pour objectif de "favoriser l’insertion progressive" de la population kurde installée en Ile-de-France.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La colère de la communauté kurde de France, endeuillée ce vendredi à Paris

No comment : des étudiants propalestiniens manifestent à la Sorbonne

La police a évacué un campement de migrants à Paris