Interdiction d'aller à l'université : les jeunes Afghanes manifestent pour leur droit à l'éducation

Manifestation des étudiants afghans au Pakistan, 24 décembre 2022
Manifestation des étudiants afghans au Pakistan, 24 décembre 2022 Tous droits réservés Arshad Butt/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Arshad Butt/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le gouvernement taliban a interdit aux femmes afghanes de suivre des cours dans les universités publiques et privées du pays pour une durée indéterminée.

PUBLICITÉ

Des dizaines d'Afghanes ont défié le régime taliban en manifestant pour défendre leur droit à l'éducation. La manifestation qui a lieu samedi dans la province d'Hérat a été rapidement dispersée par les forces de sécurité.

Pendant ce temps, un groupe d'étudiants afghans s'est rassemblé à Quetta au Pakistan, pour protester contre la décision qu'ils jugent injuste.

"Aucune nation au monde n'a réussi à atteindre des objectifs sans éducation. Interdire aux filles de s'instruire ou ne pas les autoriser à aller à l'école est une décision misérable", dit Abdul Baki, un étudiant afghan. 

Les talibans interdisent aux femmes de travailler pour les ONG

Les autorités talibanes ont également ordonné samedi aux ONG locales et étrangères de ne plus travailler avec des femmes après "des plaintes sérieuses" concernant leur façon de s'habiller.

"Le ministère de l'Economie (...) ordonne à toutes les organisations de cesser le travail des femmes jusqu'à nouvel ordre", indique le ministère, chargé d'approuver les licences des ONG opérant en Afghanistan, dans une lettre obtenue par l'AFP. 

"En cas de négligence de la directive (...) la licence de l'organisation qui a été délivrée par ce ministère sera annulée", précise le courrier adressé aux ONG nationales et internationales.

Cette décision est "une nouvelle tentative déplorable d'effacer les femmes des espaces politiques, sociaux et économiques", a fustigé Amnesty international, tandis que l'ONG International Rescue Committee (IRC), qui compte plus de 3 000 femmes dans son personnel en Afghanistan affirmait être "consternée". 

"Notre personnel féminin est essentiel à l'acheminement de l'aide humanitaire en Afghanistan", a-t-elle ajouté sur Twitter.

Des dizaines d'ONG nationales et internationales travaillent dans les zones reculées de l'Afghanistan, et beaucoup de leurs employés sont des femmes.

Les universités interdites aux filles

Cette annonce intervient quatre jours seulement après la décision du gouvernement taliban d'interdire aux femmes afghanes de suivre des cours dans les universités publiques et privées du pays pour une durée indéterminée.

Cette nouvelle atteinte aux droits des femmes a été un choc pour de nombreuses jeunes afghanes, déjà exclues des écoles secondaires. Depuis 16 mois, les mesures liberticides se sont multipliées, en particulier à l'encontre des femmes qui ont été progressivement écartées de la vie publique. 

En dépit de leurs promesses de se montrer plus souples, les talibans, qui ont repris le pouvoir en août 2021 après 20 ans de guerre contre les Etats-Unis et les forces de l'Otan, sont revenus à l'interprétation ultra-rigoriste de l'islam qui avait marqué leur premier passage au pouvoir (1996-2001).

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France: la loi anti-séparatisme ravive les tensions sur l'instruction en famille

Fermeture de milliers de salons de beauté en Afghanistan

Afghanistan : attentat suicide meurtrier à Kaboul, revendiqué par Daesh