Énergie fossile : la Finlande met à l'eau son premier terminal GNL flottant

Le navire FSRU (unité flottante de stockage et de regazéification) Exemplar, affrété par la Finlande pour remplacer le gaz russe le 28 décembre 2022.
Le navire FSRU (unité flottante de stockage et de regazéification) Exemplar, affrété par la Finlande pour remplacer le gaz russe le 28 décembre 2022. Tous droits réservés JUSSI NUKARI/Lehtikuva
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après Berlin, c'est au tour d'Helsinki de se doter de son premier navire capable de stocker du gaz naturel liquéfié. Une mesure visant à réduire sa dépendance au gaz russe.

PUBLICITÉ

La Finlande vient d'inaugurer son premier navire-terminal flottant d'importation de gaz naturel liquéfié. Selon l'opérateur public Gasgrid, ce méthanier peut contenir environ 68.000 tonnes de GNL. Il a été amarré mercredi 28 décembre au port méridional d'Inkoo,

Il a été loué pour une période de dix ans et sera prêt à alimenter les ménages, les industriels et les producteurs d'énergie finlandais à partir de la mi-janvier.

En mai dernier, la société russe Gazprom avait suspendu ses livraisons de gaz vers le pays scandinave à cause des sanctions occidentales. Le géant gazier avait aussi annoncé avoir fourni 1,49 milliard de mètres cubes de gaz naturel à la Finlande en 2021, soit environ deux tiers de la consommation totale du pays. Toutefois, le gaz naturel ne représente qu'environ 8 % de la consommation énergétique totale de la Finlande.

Moscou a déjà plusieurs fois interrompu ses exportations vers l'Union européenne depuis le début de la guerre en Ukraine et en septembre dernier, les gazoduc Nord Stream 1 et 2 ont été sabotés. En réaction Helsinki et d'autres pays européens cherchent des solutions pour se sevrer de l'énergie fossile livrée par la Russie.

En décembre, Berlin, qui dépendait à 55 % des importations de gaz russe, a mis en service son premier terminal et prévoit d'en mettre à l'eau cinq autres dans le courant de l'année. La France elle s'alimente aujourd'hui par quatre terminaux portuaires d'importation de GNL

Le tout à présent, est de trouver des fournisseur de GNL afin de remplir toutes ces usines flottantes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'UE moins ambitieuse concernant la taxe sur les superprofits ?

En Italie, manifestations contre un nouveau terminal LNG

Crainte de délocalisation : l'industrie danoise met en garde contre les subventions américaines