Frappe meurtrière à Dnipro : au moins 17 morts dans l'effondrement d'un immeuble

Access to the comments Discussion
Par Euronews
L'immeuble de Dnipro frappé par des tirs russes le 14 janvier 2023. Image délivrée par l'administration régionale de Dnipro.
L'immeuble de Dnipro frappé par des tirs russes le 14 janvier 2023. Image délivrée par l'administration régionale de Dnipro.   -   Tous droits réservés  AP/Dnipro Regional Administration via AP

Les opérations de secours se poursuivaient dans la nuit de samedi 14 à dimanche 15 janvier après la frappe russe d'un immeuble de neuf étages à Dnipro, ville dans l'est de l'Ukraine. Selon le Service national d'urgence, le bilan, qui ne cesse de s'alourdir, est d'au moins 17 morts et une soixantaine de blessés.

Les secours ukrainiens ont partagé une vidéo dans laquelle sauveteurs et civils fouillent sans relâche les décombres. D'après la présidence ukrainienne, entre 100 et 200 personnes sont sans abri à la suite de cette frappe à la suite de laquelle 72 appartements ont été détruits.

Dans son intervention vidéo quotidienne, Volodymyr Zelensky a mis en cause "la terreur russe", insistant sur l'importance du soutien militaire de ses alliés. "Est-il possible d'arrêter la terreur russe ? Oui, c'est possible. Peut-on le faire autrement que sur le champ de bataille en Ukraine ? Malheureusement, non... De quoi a-t-on besoin pour cela ? Des armes que nos partenaires ont dans leurs entrepôts et que nos guerriers attendent.", a déclaré le président ukrainien.

D'autres villes ukrainiennes ont également été visées par des bombardements samedi 14 janvier.

Le ministre ukrainien a indiqué que des coupures d'urgence ont du être mises en place dans "la plupart des régions" d'Ukraine. Rien qu'à Dnipro quelque 1.700 habitants ont été privés d'électricité et de chauffage, selon les autorités régionales.

Kyiv a été impacté mais aussi les grandes villes de Kharkiv, Zaporija et Mykolaïv. Dans la région de Kharkiv, les attaques aériennes russes ont touché des infrastructures critiques et des installations industrielles, selon le gouverneur local.