EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Pérou : fermeture du Machu Picchu en raison des troubles sociaux

Une femme brandit un drapeau péruvien lors d'une manifestation anti-gouvernementale à Lima, au Pérou, vendredi 20 janvier 2023.
Une femme brandit un drapeau péruvien lors d'une manifestation anti-gouvernementale à Lima, au Pérou, vendredi 20 janvier 2023. Tous droits réservés Guadalupe Pardo/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Guadalupe Pardo/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les autorités ont fermé la principale attraction touristique du pays en raison de la poursuite des manifestations réclamant le départ de la nouvelle présidente

PUBLICITÉ

Les manifestations parfois violentes se poursuivent à travers le Pérou pour obtenir le départ de la présidente Dina Boluarte. De grands rasemblements ont eu lieu jeudi et vendredi à Lima la capitale mais aussi dans plusieurs autres villes. Beaucoup ont été placées sous état d'urgence par les autorités.Des affrontements ont éclaté avec les forces de l'ordre, notamment à Aréquipa ou Puno.

"La fermeture du réseau de sentiers incas (accès terrestres, Chemin de l'Inca) et de la Llaqta (citadelle) du Machu Picchu a été ordonnée en raison de la situation sociale et pour préserver l'intégrité des visiteurs", a indiqué ce samedi le ministère de la Culture dans un communiqué.

Le chemin de fer, seul moyen de se rendre sur le site - en dehors de la marche - est coupé depuis plusieurs jours, la voie ayant été endommagée par des manifestants. Selon la compagnie qui l'exploite, des rails ont été retirés par les protestataires. Au moins 400 touristes - dont 300 étrangers - sont bloqués au pied du site, à Aguas Calientes. 

Mi-décembre, des centaines de touristes avaient déjà été bloquées près du Macchu Picchu en raison des manifestations. 

Les troubles ont débuté le 7 décembre dernier après la destitution et l'arrestation du président de gauche Pedro Castillo, accusé d'avoir tenté un coup d'Etat en voulant dissoudre le Parlement qui s'apprêtait à le chasser du pouvoir. Le bilan des heurts se monte à 60 morts.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pérou : les manifestations antigouvernementales se poursuivent

L'ex-président péruvien Fujimari sort de prison

Corps d'aliens au Pérou : des médecins-légistes démontrent la supercherie