Tensions entre la Serbie et le Kosovo : la proposition de l'UE toujours sur la table

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AP
L'envoyé de l'UE au Kosovo et en Serbie, Miroslav Lajčák, vendredi 20 janvier 2023.
L'envoyé de l'UE au Kosovo et en Serbie, Miroslav Lajčák, vendredi 20 janvier 2023.   -   Tous droits réservés  AP Photo

Des émissaires occidentaux se sont rendus vendredi au Kosovo et en Serbie dans le cadre des efforts qu'ils déploient pour désamorcer les tensions et contribuer à la conclusion d'un accord de réconciliation entre les deux anciens adversaires de la guerre.

Les envoyés des États-Unis, de l'Union européenne, de la France, de l'Allemagne et de l'Italie ont d'abord rencontré le Premier ministre kosovar Albin Kurti au Kosovo.

Ils ont ensuite rencontré à Belgrade le président Aleksandar Vučić pour discuter des prochaines étapes possibles vers la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo.

L'envoyé de l'UE, Miroslav Lajčák, a déclaré qu'il était trop tôt pour annoncer une évolution spectaculaire d'une proposition présentée à Pristina et Belgrade l'année dernière.

"Nous nous attendions à une meilleure compréhension des opportunités offertes par cette proposition", a déclaré l'ancien ministre des Affaires étrangères de Slovaquie. "J'espère que nous arriverons à une pleine compréhension et à une pleine utilisation du potentiel de cette proposition."

L'UE a passé plus d'une décennie à servir de médiateur dans le dialogue entre Pristina et Belgrade. Aucun détail de la dernière proposition n'a été rendu public.

Le mois dernier, les puissances occidentales ont participé au règlement d'une situation tendue dans le nord du Kosovo, où les Serbes ont érigé des barricades sur les routes principales pour protester contre l'arrestation d'un ancien officier de police serbe.

La situation dans le nord reste volatile. Seules quelques dizaines de policiers de la mission "État de droit" de l'UE, connue sous le nom d'EULEX, assurent la sécurité de la région après que tous les représentants de l'ethnie serbe ont démissionné de leur poste en novembre.

La répression sanglante menée par la Serbie contre les séparatistes albanais du Kosovo en 1999 s'est terminée par une campagne de bombardements de l'OTAN de 78 jours, qui a également poussé les troupes, la police et les forces paramilitaires serbes hors du Kosovo.