EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Sommet Union Européenne - Ukraine: un évènement crucial pour l'avenir européen de l'Ukraine

Volodymyr Zelensky et Ursula von der Leyen à la veille du sommet Ukraine-UE à KIev, le 2 février 2023
Volodymyr Zelensky et Ursula von der Leyen à la veille du sommet Ukraine-UE à KIev, le 2 février 2023 Tous droits réservés AP/Ukrainian Presidential Press Office
Tous droits réservés AP/Ukrainian Presidential Press Office
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ursula von der Leyen et d’une quinzaine de commissaires sont dans la capitale ukrainienne pour un sommet européen. Un évènement crucial pour l'avenir européen de l'Ukraine.

PUBLICITÉ

Un sommet Union Européenne-Ukraine, en pleine guerre et à Kiev vendredi 3 février, c'est le symbole qu'ont voulu lancer à la fois Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission, et Charles Michel, le président du Conseil. Outre Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne, une quinzaine de commissaires européens ont fait le déplacement afin de discuter des progrès de l'Ukraine vers son adhésion pleine et entière depuis qu'en juin, les 27 lui ont reconnu le statut de candidat.

Camille Grand, ancien haut fonctionnaire de l'OTAN et chargé de mission au Conseil européen des Relations étrangères, explique que "c'est la première fois que l'Union Européenne organise un sommet dans un pays en guerre. Et le fait que la majeure partie de la commission se soit rendue à Kiev pour cet événement est en soi un témoignage de l'engagement de l'Union européenne envers l'Ukraine." Il ajoute: "C'est quelque chose qui a cependant beaucoup de valeur, et je pense que les Ukrainiens eux-mêmes apprécient. Et rappelons-nous qu'une grande partie de cette conversation a commencé en 2014 lorsque la population ukrainienne a signalé ses aspirations européennes sur la place Maidan. C'est donc un signal très positif."

Pas de procédure "accélérée" vers l'adhésion à l'Union Européenne pour l'Ukraine

Comme prévu, le résultat du sommet n'a pas répondu aux demandes de Kyiv d'accélérer le processus d'adhésion à l'Union Européenne. Mais les dirigeants européens ont salué l'engagement et les progrès de l'Ukraine faits jusqu'à présent.

Cela n'a pas empêché le président ukrainien Volodymyr Zelensky d'affirmer que les négociations d'adhésion formelles pour rejoindre le bloc devraient commencer "cette année". Dans son allocution nocturne de jeudi, il avait déjà déclaré que l'Ukraine "méritait" d'avoir ce statut. Le président du Conseil européen, Charles Michel, a répondu à son arrivée à Kyiv vendredi que les dirigeants de l'Union Européenne "soutiendraient l'Ukraine à chaque étape de son voyage vers l'Union Européenne".

L'Ukraine a obtenu le statut de candidat à part entière l'année dernière et Kyiv a récemment déclaré qu'elle espérait devenir membre à part entière de l'Union Européenne d'ici 2026.

L'Union Européenne, cependant, ne s'est engagée sur aucune date, soulignant plutôt la nécessité pour l'Ukraine d'intensifier sa lutte contre la corruption endémique, de réformer le système judiciaire pour le libérer de l'ingérence politique et de renforcer son économie. Entre-temps, les discussions ont porté sur l'amélioration de l'accès des produits ukrainiens au marché de l'Union Européenne?

Les États membres sont en désaccord sur le message à envoyer à Kyiv. La Pologne et les États baltes souhaitant une accélération du processus d'adhésion. Mais le président français Emmanuel Macron a averti que le processus d'adhésion pouvait prendre des "décennies" et un haut responsable de l'Union Européenne a averti que le bloc ne s'écarterait pas de sa méthodologie.

Les Ukrainiens envoient beaucoup de signaux très utiles et positifs, y compris sur des sujets sensibles comme la lutte contre la corruption. Mais quand même, ce débat va probablement se poursuivre car il y a des États membres qui sont réticents à passer outre des réformes économiques cruciales.
Camille Grand
Chargé de mission au Conseil européen des relations étrangères

La déclaration conjointe publiée à la fin du sommet indique que l'Union Européenne a reconnu les "efforts considérables" de l'Ukraine pour atteindre ses objectifs, a salué ses efforts de réforme en "temps difficiles" et a encouragé sa candidature à l'adhésion.

"Les Ukrainiens envoient beaucoup de signaux très utiles et positifs, y compris sur des sujets sensibles comme la lutte contre la corruption. Mais quand même, ce débat va probablement se poursuivre car il y a des États membres qui sont réticents à passer outre des réformes économiques cruciales", a déclaré Camille Grand de l'ECFR à Euronews.

L'Union Européenne promet davantage de sanctions contre la Russie

Ursula von der Leyen a promis une dixième série de sanctions marquant le premier anniversaire de la guerre de Russie. La présidente de la Commission a déclaré que l'Union Européenne et le G7 négociaient les derniers détails d'un plan visant à imposer un plafond de prix sur le commerce maritime des produits pétroliers raffinés fabriqués en Russie. Une initiative similaire a limité le prix du brut maritime russe.

L'Union Européenne examine également les moyens de confisquer les actifs appartenant à la Russie gelés dans le cadre de neuf paquets de sanctions, y compris des milliards de réserves de change détenues par la Banque centrale russe.

"Nous faisons payer à Poutine sa guerre atroce", a déclaré jeudi von der Leyen. Les fonds supplémentaires collectés grâce à la confiscation sont destinés à payer la reconstruction de l'Ukraine, que la Commission européenne estime à au moins 600 milliards d'euros.

Le président Volodymyr Zelensky avait appelé l'Union européenne à davantage de mesures punitives contre la Russie. _"_Il n'est pas surprenant qu'il en veuille toujours plus. Il y a une certaine pression venant d'autres milieux également, y compris Washington, pour en faire plus", a déclaré Ian Lesser, vice-président du German Marshall Fund, à Euronews.

"Je pense qu'en fait, beaucoup a été fait. C'est assez extraordinaire à quelle vitesse et jusqu'où l'Europe est allée sur cette question. Il y a les sanctions, mais c'est aussi un contexte transatlantique, avec des contrôles à l'exportation qui sont extrêmement important. Et il y a eu une coopération très étroite avec l'Union Européenne à ce sujet."

Je ne pense pas que l'Europe ait une alternative, car même s'il s'agit d'une bataille pour l'Ukraine, c'est aussi, à certains égards, une bataille pour la sécurité de l'Europe. L'Europe s'est déjà énormément engagée à cet égard. Les coûts sont là. Et le prix à payer si l'Union Européenne devait abandonner seraient énormes.
Ian Lesser
vice-président du German Marshall Fund

L'Union Européenne promet plus d'aide à l'Ukraine

L'Union Européenne a annoncé un doublement du nombre de soldats ukrainiens à former au nombre total 30 000 pour l'année 2023, et promis 25 millions d'euros pour le déminage des zones reprises par l'Ukraine. Le bloc a déjà alloué près de 60 milliards d'euros d'aide à l'Ukraine, dont près de 12 milliards d'euros de soutien militaire, et 18 milliards d'euros pour aider au fonctionnement du pays cette année .

PUBLICITÉ

Une grande partie de l'accent a été mis sur le soutien militaire. Le Conseil européen a approuvé 500 millions d'euros supplémentaires dans le cadre d'un septième paquet.

"Avec le soutien militaire fourni par les États membres de l'Union Européenne, le soutien militaire global à l'Ukraine est estimé à près de 12 milliards d'euros", indique le communiqué conjoint à l'issue du sommet.

"Je pense qu'il est assez clair pour toutes les parties que l'Europe fait beaucoup et que l'assistance militaire européenne est vraiment extraordinaire dans un sens", a déclaré Ian Lesser"Il y a maintenant une mission de formation très importante qui a été mise en place. Et cela devient extrêmement important parce que l'Europe donne de plus en plus d'équipements lourds, y compris des chars de combat principaux, à l'Ukraine. Les gens doivent être formés sur ces systèmes."

Dans l'ensemble, la contribution militaire des États de l'Union Européenne est loin derrière celle des États-Unis, mais la situation est différente si l'on tient compte des autres aides financières et humanitaires de l'Europe. Selon l'Institut allemand de Kiel sur l'économie mondiale , début décembre, l'Europe avait dépassé les États-Unis dans la valeur de l'aide totale promise à l'Ukraine. Sa prochaine mise à jour est prévue pour le 15 février.

PUBLICITÉ

L'Europe doit être prête pour le long terme

L'Europe ne peut pas concurrencer les États-Unis sur l'aide militaire, mais elle est plus fortement impactée sur le plan économique et humanitaire par la guerre de la Russie en Ukraine, et devrait l'être pour les années à venir.

Ian Lesser du German Marshall Fund affirme qu'une conversation importante s'engage sur la future reconstruction de l'Ukraine, dans laquelle l'Europe jouera un grand rôle. "Certains appellent cela un plan Marshall pour l'Ukraine, mais quel que soit le vocabulaire que vous utiliserez, cela nécessitera beaucoup d'argent et ce sera de l'argent difficile à trouver pour l'Europe", a-t-il déclaré à Euronews"Il y a beaucoup de destruction. Il y a beaucoup de pertes humaines, d'incertitude, d'insécurité qui est susceptible de caractériser,le cadre géopolitique de l'Ukraine pour les années à venir. Quelle que soit l'issue de ce conflit, elle sera substantielle. Donc c'est vraiment au cœur de la conversation qui se déroule à Kyiv cette semaine", a-t-il ajouté. "Je ne pense pas que l'Europe ait une alternative, car même s'il s'agit d'une bataille pour l'Ukraine, c'est aussi, à certains égards, une bataille pour la sécurité de l'Europe. L'Europe s'est déjà énormément engagée à cet égard. Les coûts sont là. Et le prix à payer si l'Union Européenne devait abandonner seraient énormes."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’UE se rend en Ukraine pour un sommet pour évoquer l’intégration européenne de Kyiv

UE : l'Ukraine salue l'ouverture des négociations d'adhésion

La frappe à Kharkiv fait 16 morts, Zelensky évoque la concentration de troupes russes