Séisme en Syrie : Bachar al-Assad s'est rendu dans les zones sinistrées

Le président syrien Bachar al-Assad à la rencontre des secouristes à Alep
Le président syrien Bachar al-Assad à la rencontre des secouristes à Alep Tous droits réservés SANA via AP
Par Camille Pauvarel
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Quatre jours après le tremblement de terre qui a secoué le nord du pays, le président syrien Bachar al-Assad s'est rendu dans les zones sinistrées.

PUBLICITÉ

Au cours d’une visite aux victimes du séisme dans le nord-ouest de la Syrie, Bachar al-Assad a accusé l’Occident de faire passer la politique avant l’humain alors que les besoins humanitaires sont nombreux.

Pour son premier déplacement dans le nord-ouest de la Syrie depuis le séisme meurtrier de lundi, le président syrien s’en est pris à l’Occident. 

Dans les rues d’Alep, Bachar Al-Assad a indiqué que les sanctions occidentales envers son régime étaient responsables du manque d’aide humanitaire aux victimes.

Bachar al-Assad : "Il semble que l'Occident ait donné la priorité à la politique sur un cas humanitaire, ce n'est pas correct, donner la priorité à un cas sur un autre signifie que les deux cas sont là. Cependant, le cas politique est là, mais pas le cas humanitaire. Il est naturel de politiser quelque chose de naturel mais le sentiment humain n'est pas là, il n'est pas là aujourd'hui, ni dans le passé, ni pendant la colonisation ou la pré-colonisation ou la post-colonisation. La colonisation est basée depuis 600 ans sur le meurtre, sur la spoliation des gens".

Après quasiment 12 ans de guerre civile, la Syrie est fracturée entre les régions contrôlées par le régime et les zones tenues par les rebelles. 

Alliée du régime, la Russie participe aux opérations de secours et a déjà envoyé plus 20 tonnes de produits humanitaires.

Les Etats-Unis ont temporairement levé certaines sanctions et le gouvernement syrien a annoncé vendredi qu’il acceptait que l’aide internationale envoyée parvienne jusqu’aux zones rebelles du nord-ouest. 

Selon les derniers bilans, déjà plus de 3 000 personnes sont mortes dans le pays suite à ce tremblement de terre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Séisme en Syrie : l'aide internationale compliquée dans les zones rebelles

L'opposition turque semble en mesure de conserver les villes clés, selon les résultats préliminaires

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux