Soirées "bunga-bunga" : Berlusconi acquitté dans un procès pour corruption

Sylvio Berlusconi, le 21 octobre 2021
Sylvio Berlusconi, le 21 octobre 2021 Tous droits réservés Claudio Furlan/LaPresse
Tous droits réservés Claudio Furlan/LaPresse
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ex-chef de gouvernement italien Silvio Berlusconi, accusé d'avoir corrompu des témoins pour mentir sur ses sulfureuses soirées "bunga-bunga"

PUBLICITÉ

Au bout de six ans d'audiences, un tribunal de Milan a relaxé mercredi Silvio Berlusconi dans un énième procès impliquant cet ex-chef du gouvernement italien, accusé d'avoir corrompu des témoins pour mentir sur ses sulfureuses soirées "bunga-bunga".

"Je ne peux être qu'extrêmement satisfait", a réagi auprès des journalistes l'avocat de M. Berlusconi, Federico Cecconi, les juges n'ayant pas pu retenir les faits de corruption, alors que le parquet avait réclamé une peine de six ans de prison contre le sénateur de 86 ans, accusé de subornation de témoins et de faux témoignage.

Me Cecconi a souligné que cet acquittement était le troisième dans cette affaire. "Trois sur trois, ça suffit", a-t-il déclaré, exprimant le souhait que le parquet ne présente pas de recours. Dans deux volets séparés de ce procès, Il Cavaliere, absent mercredi du tribunal, avait été acquitté en 2021 à Sienne et en 2022 à Rome de l'accusation de subornation de témoins.

Le parquet avait aussi demandé des peines d'un à six ans de prison pour les 27 autres accusés dans cette affaire mais tous ont été acquittés.

Pour le milliardaire, qui glisse doucement vers la sortie de la vie politique italienne, il s'agit là d'un des innombrables procès qu'il a affrontés ces dernières décennies et qu'il a le plus souvent gagnés.

"Excellente nouvelle"

"Une excellente nouvelle qui met fin à une longue affaire judiciaire ayant également eu des répercussions importantes sur la vie politique et institutionnelle italienne", s'est réjouie la cheffe du gouvernement Giorgia Meloni. "Heureux de l'acquittement de Silvio après des années de souffrances, d'insultes et de polémiques inutiles", a réagi Matteo Salvini, un des deux vice-Premiers ministres et chef de la Ligue antimigrants.

Cet acquittement est l'aboutissement d'une longue histoire judiciaire qui commence en 2010 quand Silvio Berlusconi, alors à la tête du gouvernement, a été accusé d'abus de pouvoir en protégeant une jeune danseuse de night-club marocaine, Karima El-Mahroug. La jeune femme, connue sous son nom d'artiste de Ruby, avait été interpellée pour un larcin mais l'ancien président du Conseil était intervenu pour la faire libérer, disant que c'était la nièce d'Hosni Moubarak, qui était à l'époque le président de l'Egypte.

L'année d'après, il a été accusé d'avoir payé Ruby, qui en 2010 avait 17 ans, pour des **rapports sexuels.**Condamné en première instance en 2013 à sept ans de prison, il a été définitivement acquitté en mars 2015 par la Cour de cassation dans ce volet. Les magistrats, convaincus que le milliardaire a payé de nombreuses personnes pour leur silence, ouvrent une nouvelle enquête qui aboutira, en 2017, au début du procès pour lequel M. Berlusconi a été acquitté mercredi.

"Sultan" et "concubines"

Selon le parquet, le silence de ces jeunes femmes a coûté entre 2011 et 2015 à Silvio Berlusconi des millions d'euros, dont une part importante a été destinée à la seule Ruby, mineure lorsqu'elle a pris part aux fameuses soirées : argent liquide, cadeaux, voitures, mise à disposition de logements, paiement de factures et de frais médicaux. La défense de M. Berlusconi affirme que l'argent était une indemnisation pour l'atteinte à la réputation des personnes impliquées dans l'affaire et insiste sur le fait qu'il est jugé "pour le crime de générosité".

Dans son réquisitoire en mai, la procureure Tiziana Siciliano avait décrit Silvio Berlusconi comme "un sultan" qui avait l'habitude d'"animer ses soirées avec un groupe de concubines, au sens d'esclaves sexuelles, qui le divertissaient contre rémunération""J'ai eu si peur, maintenant je recommence à vivre", a commenté Ruby à l'énoncé du jugement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Matteo Salvini survit à une motion de défiance sur ses liens avec Moscou

Italie : Rome accueille un sommet des dirigeants africains initié par Giorgia Meloni

Elon Musk et Rishi Sunak attendus au festival de la jeunesse de droite italienne Atreju