EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Fin officielle des opérations des troupes françaises au Burkina Faso

Des soldats français de la force Barkhane, qui ont terminé une mission de quatre mois au Sahel, quittent leur base à Gao, au Mali, le 9 juin 2021.
Des soldats français de la force Barkhane, qui ont terminé une mission de quatre mois au Sahel, quittent leur base à Gao, au Mali, le 9 juin 2021. Tous droits réservés Jerome Delay/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Jerome Delay/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Par euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'armée burkinabè a annoncé dimanche la fin des opérations de la force française Sabre au Burkina Faso, quelques semaines après la dénonciation par le gouvernement de transition des accords de défense liant les deux pays, dont les relations se sont dégradées ces derniers mois.

PUBLICITÉ

L'armée burkinabè a annoncé dimanche la fin des opérations de la force française Sabre au Burkina Faso, quelques semaines après la dénonciation par le gouvernement de transition des accords de défense liant les deux pays, dont les relations se sont dégradées ces derniers mois.

"L'État-major général des Armées et le commandement de la Task force Sabre ont organisé ce samedi 18 février 2023 dans l'enceinte du Camp Bila Zagré, à Kamboincin (en périphérie de Ouagadougou), une cérémonie solennelle de descente de drapeaux marquant la fin officielle des opérations de la Task Force à partir du sol burkinabé", a annoncé l'état-major burkinabè dans un communiqué.

Selon le texte, cette cérémonie a été présidée par le chef de l'armée de terre burkinabè, le colonel Adam Néré et le lieutenant-colonel français Louis Lecacheur, représentant le commandant de la force Sabre, un contingent de 400 forces spéciales.

Rattachée au Commandement des opérations spéciales(COS), cette unité opérationnelle interarmées constituait le déploiement le plus important de forces spéciales (FS) hors de l'Hexagone, en nombre et en longévité.

"Le désengagement des équipements et matériels restants de Sabre sera finalisé par une équipe de logisticiens déployés à cet effet, selon un chronogramme défini en accord avec l'Etat-major général des Armées", précise le communiqué.

Le nombre de soldats français encore au Burkina n'était pas connu dimanche soir.

Selon une source sécuritaire burkinabè, "une grande partie des militaires sont déjà partis". Une source gouvernementale française a de son côté indiqué que des militaires français étaient toujours présents au Burkina, sans en préciser le nombre.

Interrogé sur la date de départ effectif des derniers soldats, un porte-parole de l'armée française n'a pas souhaité communiquer.

Dans un courrier daté du 18 janvier, le gouvernement burkinabè avait dénoncé l'accord relatif au statut des forces françaises dans le pays, leur laissant un mois pour quitter le pays. Paris avait acté ce départ une semaine après.

"Ce que nous dénonçons, c'est l'accord qui permet aux forces françaises d'être présentes au Burkina Faso. Il ne s'agit pas de la fin des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la France", avait déclaré le porte-parole du gouvernement burkinabè, Jean-Emmanuel Ouédraogo.

Sentiment anti-français

La France, ex-puissance coloniale, est contestée au Burkina depuis plusieurs mois.

Si la secrétaire d'Etat française Chrysoula Zacharopoulou, en visite au Burkina le 10 janvier, avait laissé entrevoir une possibilité d'apaisement en annonçant que "la France n'impose rien" au Burkina, le sentiment anti-français s'est développé dans le pays.

Au lendemain de l'annonce du départ du pays des forces spéciales françaises, plusieurs milliers de personnes avaient manifesté dans la capitale Ouagadougou, en soutien à la junte au pouvoir et pour la "souveraineté".

Le ministère français des Affaires étrangères avait ensuite rappelé son ambassadeur au Burkina "pour mener des consultations".

M. Luc Hallade était dans le collimateur du gouvernement burkinabè, pour notamment avoir fait état de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays.

PUBLICITÉ

La lutte anti-jihadiste était l'une des missions principales de la force Sabre au Burkina Faso, cible d'attaques croissantes de groupes liés à Al-Qaïda et l'Etat Islamique depuis 2015 et théâtre de deux coups d'Etat en 2022, le dernier ayant porté le capitaine Ibrahim Traoré au pouvoir en septembre.

Les violences y ont fait plus de 12 000 morts - civils et militaires - selon l'ONG Acled, qui recense les victimes de conflits dans le monde.

Quelque deux millions de personnes sont déplacées à l'intérieur du pays.

Le gouvernement burkinabè avait dit vouloir "diversifier ses partenaires" dans la lutte antidjihadiste. Le Premier ministre Apollinaire Kyélem de Tambéla s'était discrètement rendu en Russie en décembre dernier.

PUBLICITÉ

Du côté français, l'option privilégiée est le redéploiement de la force Sabre au Niger, qui compte déjà près de 2 000 personnels français.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Burkina Faso : le putschiste Ibrahim Traoré, président de transition jusqu'en 2024

Les premières troupes françaises quittent le Niger sous la pression de la junte militaire

Niger : les premiers ressortissants européens évacués arrivent à Paris et à Rome