Exclus du sport mondial, les athlètes russes vont-ils pouvoir participer aux JO 2024 ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Des escrimeurs russes à l'entraînement
Des escrimeurs russes à l'entraînement   -  Tous droits réservés  EVN

En Russie, le monde du sport est fragilisé par les sanctions internationales imposées depuis le début de la guerre en Ukraine. Les athlètes russes sont d'ores et déjà exclus des principales compétitions mondiales et les grands événements qui devaient se tenir dans le pays sont délocalisés, comme la finale de la Ligue des champions de football qui aurait dû avoir lieu à Saint Pétersbourg en 2022. Quid des Jeux olympiques de Paris 2024 ?

Alors que le Comité international olympique avait laissé entendre en janvier qu'une réintégration des athlètes russes et bélarusses au sport mondial était possible, une trentaine de pays ont demandé des "clarifications" sur la neutralité exigée pour les sportifs russes lors des JO.

La neutralité des athlètes russes en question

Dans une lettre commune transmises au CIO mi-février, ces Etats comprenant la France, la Grande-Bretagne, la Suède, la Pologne, les Etats-Unis et le Canada se disent "trè__s inquiets quant à la faisabilité pour les athlètes olympiques russes et bélarusses de participer en tant que ""neutres"" (...) alors qu'ils sont financés et supportés par leurs Etats".

"Tant que ces sujets fondamentaux, ainsi que le cruel manque de clarté et de détails concrets sur la définition de la "neutralité" ne sont pas abordés, nous n'acceptons pas que les athlètes russes et bélarusses soient autorisés à revenir en compétition", affirment ses signataires.

Le Comité international olympique a annoncé mardi "prendre en considération" les inquiétudes formulées par ces pays.

Des sportifs russes prêts à concourir sous bannière neutre

Si Moscou s'oppose fermement à la participation des athlètes russes sous bannière neutre, certains sportifs, qui se préparent depuis des années, sont prêts à accepter cette condition.

"L'Occident veut que nous rejetions nous-mêmes ces jeux" se désole Aleksey Yakimenko, escrimeur russe médaillé olympique. "Je pense que la plupart des athlètes sont prêts à participer aux compétitions sous bannière neutre" dit-il.

"C'est compréhensible, car ils font beaucoup d'efforts pour s'entraîner, certains y laissent leur santé. Ils veulent prouver au monde qu'ils sont parmi les meilleurs" explique-t-il.

Les sportifs russes vont devoir attendre la décision du Comité international olympique, qui est actuellement en phase de "consultations détaillées" avec les acteurs de l'olympisme.

Le CIO a toutefois déjà annoncé que les athlètes doivent "respecter pleinement la Charte olympique", donc n'avoir pas "activement soutenu la guerre en Ukraine", et se conformer au Code mondial antidopage.