Comment la guerre en Ukraine a-t-elle changé l'Europe ?

Comment la guerre en Ukraine a-t-elle changé l'Europe ?
Tous droits réservés euronews
Par Isabel Marques da Silva
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Europe a été bouleversée par la guerre en Ukraine, et la préoccupation actuelle est de déterminer comment préparer l'avenir du continent et lui garantir un rôle géopolitique de premier plan.

La guerre en Ukraine a bouleversé l'Europe. La question est maintenant de savoir comment l'Europe doit se préparer pour l'avenir et s'assurer un rôle géopolitique de premier plan.

Pour discuter de ces questions cruciales, le think tank Centre for European Policy Studies, basé à Bruxelles et célébrant son 40e anniversaire, a organisé un débat rassemblant des personnalités politiques et des leaders. 

Parmi les participants figuraient Margrethe Vestager, commissaire européenne à la Concurrence, Marija Pejčinović Burić, secrétaire générale du Conseil de l'Europe, ainsi que Svetlana Tikhanovskaya, leader du Mouvement démocratique bélarusse.

Isabel Marques da Silva, Euronews : "Comment la guerre en Ukraine a-t-elle changé l'Europe ?"

Margrethe Vestager, commissaire européenne à la Concurrence :"Depuis le premier jour de l'invasion, je pense que l'Europe a plus ou moins changé d'heure en heure. Il y a des discussions intenses entre les États membres, entre les partis. Mais nous arrivons à des solutions tellement plus rapidement, et tout le monde a la volonté de se rallier à une solution commune. C'est comme si nous étions en train de changer l'ADN européen."

**Marija Pejčinović Burić, secrétaire générale du Conseil de l'Europe : "**Nous avons condamné l'agression immédiatement dans la matinée du 24 (février), et trois semaines plus tard, nous avons expulsé la Russie du Conseil de l'Europe. Pour l'organisation, cela a complètement changé le paysage et la façon dont nous travaillons. Nous plaçons l'Ukraine et le soutien à l'Ukraine au centre de nos activités. Mais cette guerre d'agression a également montré, et exacerbé, certains autres problèmes que nous avions en Europe. La guerre et la pandémie ont en effet aggravé le recul de la démocratie en Europe."

**Svetlana Tikhanovskaya, leader du Mouvement démocratique bélarusse : "**L'Europe peut montrer les crocs. Désormais, je vois une cohérence dans la politique européenne. Je vois du courage et de l'esprit de détermination. Et j'espère vraiment que l'Europe restera comme ça, parce que je pense que nous aurons ensemble beaucoup de défis à relever. Et la position de principe de l'Europe est très importante."

Isabel Marques da Silva : "Pensez-vous qu'il y aura une deuxième Guerre Froide ou l'Occident pourra-t-il rétablir des relations avec la Russie ?"

Svetlana Tikhanovskaya : "Je ne pense pas que les experts puissent voir à quoi ressemblera l'avenir de la région, quelles seront les relations avec la Russie, avec le régime de Poutine. Les Bélarusses ne doivent pas avoir affaire à lui. Donc, ce dont je suis sûr, c'est que la guerre ne sera pas terminée tant que le Bélarus ne sera pas libre. Et n'oublions pas ceci. Tant que Loukachenko sera au pouvoir, avec l'aide de Poutine, et qu'il violera le droit du peuple bélarusse, il n'y aura ni sécurité ni stabilité dans la région."

Isabel Marques da Silva : "Cela fait déjà un an. Nous ne savons pas combien de temps va durer la guerre. Mais comment l'Europe doit-elle se préparer pour l'après-guerre, notamment pour conserver un rôle prépondérant au sein de la communauté internationale ?"

Marija Pejčinović Burić : "Je pense que l'Europe est un champion du multilatéralisme. Elle a été l'une des premières (régions) après les deux horribles guerres à commencer à réfléchir à de nouvelles organisations multilatérales qui contribueraient à maintenir la paix et à assurer la prospérité et le progrès économique pour tous nos États membres. Donc, encore une fois, plus de 75 ans après le Congrès de La Haye, nous devons certainement repenser ce que nous faisons bien et ce qui doit être changé. Mais c'est probablement la manière dont nous travaillons, les priorités, qui doivent être repensées."

Isabel Marques da Silva : "Vous pensez-vous que l'Europe a besoin d'un outil, ou d'un mécanisme, financier permanent pour gérer ces crises, qui se succèdent ?"

Margrethe Vestager : "Si vous voulez répondre aux attentes de vos électeurs, aux citoyens des États membres, vous devez travailler pour des solutions européennes. Et je pense que nous devenons de plus en plus performants dans la recherche de solutions pour les financements européens. Je crois qu'aujourd'hui, lorsque nous voulons permettre aux États membres d'accorder davantage d'aides aux entreprises, nous devons également repenser la manière dont nous pouvons disposer d'un instrument européen pour permettre aux entreprises d'investir et de se développer en Europe. Nous ne devons pas toujours procéder de la même manière. Nous pouvons être beaucoup plus rapides dans ce que nous faisons et beaucoup plus directs, y compris pour avoir un instrument de financement européen."

Isabel Marques da Silva : "Nous avons été témoins d'une aide importante aux réfugiés ukrainiens. Les Etats membres ouvrent leurs portes à ces personnes, mais nous constatons que l'Europe a tendance à se transformer en 'forteresse' pour les personnes venant d'autres régions du monde. Quelle est la solution à ce problème ?"

Marija Pejčinović Burić : "Du côté du Conseil de l'Europe, nous avons immédiatement ressenti le besoin de fournir des recommandations et des conseils afin que toutes ces personnes qui fuient ne tombent pas dans les pièges de la traite d'êtres humains. Dans la situation de vulnérabilité dans laquelle elles se trouvent, il est très facile d'être la cible des trafiquants. Comment aider ceux qui peuvent être confrontés à la violence sexuelle ou à d'autres types de violences, principalement les enfants et les femmes ? C'est donc une chance que, même pendant cette guerre, cette horrible guerre d'agression contre l'Ukraine, les institutions continuent à travailler. Le Parlement ukrainien a ratifié la Convention d'Istanbul, qui est la référence en matière de protection des femmes contre la violence."

Isabel Marques da Silva : "Les citoyens européens sont-ils plus solidaires entre eux, le lien entre l'Ouest et l'Est est-il plus fort ?"

**Svetlana Tikhanovskaya : "**Vous savez, le malheur et la souffrance unissent généralement les gens. Et je vois que les habitants des pays démocratiques - qui considèrent la démocratie comme acquise - ont ressenti la douleur des Bélarusses, ils ont ressenti la douleur des Ukrainiens, et ils se sont certainement unis en solidarité avec nos pays. Et nous voyons comment, depuis 2020, les gens ont aidé nos prisonniers politiques, ont aidé les réfugiés qui ont dû fuir le Bélarus à cause de la répression. Et maintenant on voit des gens qui ouvrent leurs maisons aux réfugiés ukrainiens, ils collectent des fonds pour les armes. Qui aurait pu imaginer que les Européens collecteraient des fonds pour acheter des véhicules de guerre et des équipements militaires ? Ils le font parce qu'ils comprennent qu'ils sont défendus par nos nations. Et il y a une obligation morale pour chaque personne de contribuer à notre victoire commune."

Isabel Marques da Silva : "Attendez-vous à une aggravation du nationalisme et du protectionnisme en Europe et dans le monde, notamment en Chine et aux États-Unis ?"

Margrethe Vestager : "Je pense que nous serons beaucoup plus attentifs à ce qui représente un risque pour nous. Je pense donc que nous serons beaucoup plus rapides, beaucoup plus précis pour dire " ceci est à proscrire " ou si tout ce commerce est en fait bénéfique à la fois pour nous et pour nos partenaires commerciaux. Et nous devons franchir cette étape parce que, sinon, tous les échanges commerciaux seront entachés et nous deviendrons effrayés et craindrons que cela ne soit un autre futur goulot d'étranglement. Nous avons donc besoin d'un tout autre degré de précision pour savoir où se situe notre sécurité économique, afin de pouvoir agir en conséquence."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Deuxième visite en Ukraine de la présidente du parlement européen

"Une réussite majeure" : Ylva Johansson s'exprime sur le pacte migratoire européen

Espagne : La fin des "visas dorés" pour lutter contre la spéculation