France : Emmanuel Macron veut inscrire la liberté d'avorter dans la Constitution

Emmanuel Macron veut inscrire la liberté d'avorter dans la Constitution
Emmanuel Macron veut inscrire la liberté d'avorter dans la Constitution Tous droits réservés Michel Euler/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Michel Euler/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président français s’est engagé à présenter un projet de loi inscrivant la liberté d’avorter dans la Constitution. Une annonce faite lors d'un hommage national à l'avocate féministe Gisèle Halimi lors de la Journée internationale des droits des femmes 🟣

PUBLICITÉ

Le président français, Emmanuel Macron, s’est engagé à présenter un projet de loi inscrivant la liberté d’avorter dans la Constitution. Une annonce faite lors d'un hommage national à l'avocate féministe Gisèle Halimi lors de la Journée internationale des droits des femmes.

"Les avancées issues des débats parlementaires (...) permettront, je le souhaite, d'inscrire dans notre texte fondamental cette liberté dans le cadre du projet de loi portant révision de notre Constitution qui sera préparé dans les prochains mois", a déclaré le chef de l'Etat au Palais de justice de Paris.

Ce projet de loi portera sur une vaste réforme des institutions, voulue par le chef de l'Etat, qui pourrait aller d'un redécoupage des régions à une redéfinition des mandats électoraux, selon l'entourage présidentiel.

Le Parlement examine actuellement une proposition de loi constitutionnelle spécifique sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG), présentée par des parlementaires, qui doit donc être approuvée dans des termes identiques par l'Assemblée nationale et le Sénat puis être soumise à référendum.

En optant pour un projet de loi gouvernemental, Emmanuel Macron a ouvert la voie à une "constitutionnalisation" de l'avortement par un vote du Parlement réuni en Congrès, à la majorité des 3/5e, au moment où le droit à l'avortement, parfois remis en cause dans le monde, notamment aux Etats-Unis.

Le Sénat à majorité de droite a voté en faveur de l'inscription dans la Constitution de la "liberté de la femme" de recourir à l'IVG, une formulation qui abandonne la notion de "droit" privilégiée par la gauche, et que le chef de l'Etat reprend donc à son compte.

Ce nouveau cheminement n'est pas non plus sans risque en raison des difficultés à faire voter de vastes réformes institutionnelles.

"S'il veut faire en sorte que jamais l'IVG ne soit inscrite dans la Constitution, qu'il continue à faire comme ça", a averti la cheffe des députés La France insoumise, Mathilde Panot.

Halimi dans l'histoire

"Rappelons qu'en 2008, la droite contrôlant Sénat et Assemblée nationale n'avait fait passer une révision large" de la Constitution "qu'à une voix près... rien n'est donc fait", relève le spécialiste du droit public Benjamin Morel.

La Fondation des Femmes a néanmoins salué "une victoire pour toutes les femmes en France", estimant qu'une constitutionalisation "sécurise ce droit pour les années à venir".

Emmanuel Macron, accompagné de son épouse Brigitte, a aussi voulu faire entrer dans l'histoire Gisèle Halimi, militante emblématique de nombreux combats de la seconde moitié du XXe siècle, de la décolonisation au droit à l'IVG, au-delà des polémiques.

"Elle a porté la cause de l'indépendance algérienne. Elle fut la procureure de ce que les autorités françaises de l'époque faisaient, de la manière dont elles le faisaient", a-t-il relevé, en présence de son prédécesseur François Hollande et des plus hautes autorités judiciaires du pays, en rappelant le combat de Gisèle Halimi contre la torture en Algérie.

"Si aujourd'hui la guerre d'Algérie a quitté les prétoires, elle doit maintenant prendre toute sa place dans notre mémoire ici en France et aussi en Algérie", a poursuivi le chef de l'Etat, sans toutefois se prononcer sur une éventuelle entrée au Panthéon de la militante.

Cette entrée dans le temple des figures de la République, de Jean Moulin à Simone Veil, a été préconisée par l'historien Benjamin Stora parmi les pistes susceptibles de sceller la réconciliation des mémoires entre la France et l'Algérie et à l'intérieur de la société française.

Mais elle est vue d'un mauvais œil par les nostalgiques de l'Algérie française à droite et à l'extrême droite.

"Les deux Simone"

Avant le président, Jean-Yves Halimi a aussi rendu un vibrant hommage à sa mère. "Tu rejoins au Panthéon de notre récit national les deux Simone, de Beauvoir et Veil, tes sœurs de lutte et tes amies personnelles", a dit son fils aîné.

Un autre de ses fils, le journaliste Serge Halimi, a boycotté l'hommage, déplorant qu'il intervienne en pleine mobilisation contre une réforme des retraites "extrêmement injuste", que sa mère aurait selon lui combattue.

Même boycott pour Violaine Lucas, présidente de l'association "Choisir la cause des femmes" cofondée par Gisèle Halimi en 1971, qui dénonce une "instrumentalisation politique".

PUBLICITÉ

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté mercredi partout en France pour la journée internationale des droits des femmes, placée sous le signe de la lutte contre la réforme des retraites et les inégalités salariales.

La ministre Isabelle Rome a présenté à cette occasion un plan pour l'égalité entre les femmes et les hommes.

Parmi la centaine de mesures prévues figurent le doublement du nombre de Maisons des femmes, structures d'aide aux victimes de violences, mais aussi la création de "pôles spécialisés" dans les violences conjugales au sein des tribunaux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les femmes restent sous-représentées dans la défense, selon l'ambassadrice française à l'Otan

Le pouvoir aux femmes dans le nouveau film de François Ozon, "Mon Crime"

No Comment : Manifestation de Reporters sans frontières contre la venue de Xi Jinping