PUBLICITÉ

Ukraine : Zelensky promet que son peuple "ne sera pas enchaîné" après des frappes massives russes

Maison détruite par des frappes russes dans la région de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, le 9 mars 2023
Maison détruite par des frappes russes dans la région de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, le 9 mars 2023 Tous droits réservés Andriy Andriyenko AP Photo
Tous droits réservés Andriy Andriyenko AP Photo
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Lors de sa déclaration quotidien, le président ukrainien a dénoncé les bombardements russes de ce jeudi, les plus importants de ces trois dernières semaines.

PUBLICITÉ

Des frappes russes massives de missiles et de drones en Ukraine, les plus importantes depuis des semaines, ont fait au moins six morts ce jeudi et privé de courant une partie de la population, ainsi que, temporairement, la centrale nucléaire de Zaporijjia.

Quelques heures après les frappes de missiles, l'opérateur électrique ukrainien Ukrenergo a annoncé le rétablissement de l'alimentation de cette centrale occupée, écartant le risque d'un incident nucléaire.

La Russie a qualifié ces frappes, qu'elle a effectuées notamment à l'aide de nouveaux missiles hypersoniques Kinjal, de "représailles" à une incursion sur son territoire le 2 mars de "saboteurs" ukrainiens.

Parallèlement, de nouvelles tensions sont apparues autour de la Moldavie, Kyiv dénonçant une "provocation" russe après que les autorités prorusses de Transdniestrie, un territoire séparatiste moldave frontalier de l'Ukraine, ont affirmé avoir déjoué un attentat contre ses dirigeants.

Lors de son message quotidien sur Internet, Volodymyr Zelensky a déclaré ce jeudi, que "quelle que soit la perfidie des actions de la Russie, notre État et notre peuple ne seront pas enchaînés".

Le président ukrainien  a dénoncé "une nouvelle tentative par l'Etat terroriste de combattre la civilisation, qui a temporairement coupé le courant, le chauffage et l'eau dans certaines de nos régions et de nos villes". "Les missiles russes ont tué six Ukrainiens aujourd'hui", a-t-il ajouté.

A Washington, une porte-parole de la Maison Blanche a déclaré : il est "accablant de voir ces attaques brutales, injustifiées, sur des infrastructures civiles à travers l'Ukraine".

Selon l'armée ukrainienne, la défense antiaérienne a abattu 34 des 95 missiles lancés par Moscou, et quatre drones explosifs Shahed de fabrication iranienne. Aucun des six missiles Kinjal utilisés par les Russes pour cette attaque n'a pu être abattu, selon Kiev.

❗️Оперативна інформація станом на 06.00 10.03.2023 щодо російського вторгнення ✊🏻 Слава Україні! Розпочалася триста...

Posted by Міністерство оборони України on Thursday, March 9, 2023

La Russie a régulièrement bombardé les installations énergétiques ukrainiennes, plongeant des millions de personnes dans le noir et le froid, mais ces attaques étaient devenues moins nombreuses ces derniers temps.

"Ils tirent au hasard"

Dans la région de Lviv (ouest), un tir sur un quartier résidentiel a tué au moins cinq personnes, a rapporté le gouverneur, tandis que celui de la région de Dnipro (centre-est) a indiqué qu'un homme de 34 ans avait été tué.

Oksana Ostapenko, habitante du village de Velyka Vilchanytsia dans la région de Lviv, a perdu sa soeur et deux beaux-frères qui se trouvaient dans une maison détruite. Deux leurs voisins ont aussi été tués.

YURIY DYACHYSHYN/AFP
Secours retirant un corps des décombres d'une maison après un frappe russe dans la région de Lviv, le 9 mars 2023YURIY DYACHYSHYN/AFP

"Ils ont fait la fête (après un anniversaire), puis ils se sont endormis. Et voilà ce qui est arrivé", raconte Mme Ostapenko. "Nous pensions être en sécurité ici", près de la frontière polonaise, poursuit-elle.

Les frappes ont coupé l'électricité, l'eau et le chauffage à Kharkiv, grande ville du nord-est, et privé de chauffage 40% des usagers à Kiev, selon les autorités respectives.

"La Russie essaye de détruire complètement les infrastructures civiles de l'Ukraine, voilà pourquoi il faut (lui) fournir de quoi se défendre", a réagi le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell, depuis Stockholm.

La Centrale de Zaporijjia rebranchée

La gigantesque centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par l'armée russe dans le sud de l'Ukraine, a également été brièvement coupée jeudi du réseau électrique ukrainien, a affirmé l'opérateur nucléaire ukrainien Energoatom.

Des générateurs diesel de secours ont été enclenchés pour assurer une alimentation minimale des systèmes de sécurité, selon Energoatom, qui avait mis en garde contre le risque d'un accident nucléaire.

"On joue avec le feu", a prévenu depuis Vienne le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi.

"C'est une violation grave de la sécurité nucléaire, provoquée par la Russie", a abondé le haut représentant de l'Union européenne Josep Borell.

PUBLICITÉ

Dans l'après-midi, l'opérateur d'électricité Ukrenergo a indiqué avoir "rétabli l'alimentation électrique à la centrale".

Фахівці Укренерго відновили енергоживлення Запорізької АЕС, перерване сьогоднішніми ракетними ударами. ЗАЕС переходить з...

Posted by НЕК "Укренерго" - NPC Ukrenergo on Thursday, March 9, 2023

A Kyiv, des explosions ont touché des quartiers sud et ouest, selon le maire. Trois personnes ont été blessées, a indiqué la police.

Sur Prospekt Peremoguy, dans l'ouest de la capitale, trois voitures garées près d'un haut immeuble d'habitation ont été carbonisées, a constaté un correspondant de l'AFP, et plusieurs autres abîmées.

"Il y a eu une très forte explosion", témoigne Igor Iéjov, 60 ans, qui a évacué l'immeuble avec son épouse. "Quand cela arrive tout près, chez toi, c'est vraiment un sentiment de peur."

Tensions en Transdniestrie

En Moldavie, les séparatistes prorusses de Transdniestrie ont assuré jeudi que l'Ukraine avait voulu commettre un attentat dans le centre de leur capitale, Tiraspol, pour "éliminer" leurs dirigeants et faire "un grand nombre de victimes".

PUBLICITÉ

"J'ai déjà donné l'ordre au ministre des Affaires étrangères de préparer des déclarations à tous les membres du Conseil de sécurité de l'ONU. (...) Nous (les) appellerons pour examiner cette situation et assurer notre sécurité", a déclaré en russe le chef des séparatistes, Vadim Krasnoselskiï, dans une allocution télévisée.

Le Premier ministre moldave, Dorin Recean a dit "ne pas avoir confirmation" de ces allégations, et les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont dénoncé une "provocation orchestrée par le Kremlin".

La Moldavie et les Occidentaux accusent régulièrement Moscou d'utiliser la Transdniestrie pour déstabiliser encore davantage l'Ukraine voisine.

La Russie a annoncé la tenue lundi prochain d'une réunion à Genève avec l'ONU sur l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes, qui expire le 18 mars, un document vital pour l'approvisionnement alimentaire mondial.

Par ailleurs, dans l'est de l'Ukraine, la bataille pour la ville-symbole de Bakhmout continue de faire rage.

PUBLICITÉ

Après avoir annoncé la veille la prise de la partie orientale de la cité, le patron de l'organisation paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, a affirmé jeudi que ses combattants avaient conquis le petit village de Doubovo-Vassylivka, au nord de Bakhmout.

Bakhmout pourrait tomber "dans les prochains jours", a averti mercredi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

A Vilnius, le chef des renseignements militaires lituaniens a pour sa part estimé que Moscou disposait de suffisamment de ressources pour poursuivre son offensive en Ukraine au rythme actuel pendant deux ans.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : les Russes proches du centre de Bakhmout, selon le patron de Wagner

En visite à Kyiv, la Première ministre finlandaise réaffirme son soutien à l'Ukraine

L'Ukraine plongée dans l'obscurité alors que la Russie s'attaque au réseau électrique