PUBLICITÉ

Réforme des retraites : recul de la mobilisation, tensions à Paris

Manifestation contre la réforme des retraites à Paris, en France, samedi 11 mars 2023.
Manifestation contre la réforme des retraites à Paris, en France, samedi 11 mars 2023. Tous droits réservés AP Photo/Lewis Joly
Tous droits réservés AP Photo/Lewis Joly
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le ministère de l'Intérieur a dénombré 368 000 manifestants en France. La CGT a elle compté plus d'un million de manifestants.

PUBLICITÉ

Des tensions ont eu lieu samedi après-midi à Paris dans la manifestation contre la réforme des retraites, avec notamment de nombreux jets de projectiles contre les forces de l'ordre, quelques poubelles incendiées et vitrines caillassées.

Selon un bilan final à 18h30, 32 personnes ont été interpellées, notamment pour port d'arme prohibé et participation à un groupement en vue de commettre des violences ou dégradations, selon la préfecture de police.

La manifestation parisienne s'est élancée à 14h00 de la place de la République vers la place de la Nation.

De premières tensions ont eu lieu vers 15h00 sur le boulevard Beaumarchais, avec des vitrines prises pour cible et des jets de projectiles contre les forces de l'ordre, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le cortège a été provisoirement stoppé place de la Bastille, où les forces de l'ordre ont tenté de "disloquer le bloc" constitué de manifestants radicaux, a indiqué la préfecture de police.

"Plusieurs centaines de personnes" étaient présentes dans ce bloc, selon la même source.

Le cortège a ensuite pu reprendre sa progression. Mais de nouveaux incidents ont éclaté avenue Daumesnil, avec à nouveau des jets de pavés sur les forces de l'ordre et quelques poubelles incendiées dans une tentative d'ériger une barricade, selon la journaliste de l'AFP.

A l'arrivée des manifestants place de la Nation, des tensions ont eu lieu entre le service d'ordre de la CGT et des militants radicaux, et les forces de l'ordre sont intervenues pour les séparer, a constaté la journaliste de l'AFP. Le cortège et le camion de la CGT ont été "pris pour cible par les éléments radicaux", a indiqué la préfecture de police. Le syndicat avait déjà été victime de "jets de projectiles par des éléments radicaux" plus tôt dans la manifestation, selon la même source.

Mobilisation en net recul

Les syndicats ont appelé samedi le président de la République à "consulter le peuple" sur la réforme des retraites, lors d'une septième journée d'action qui a nettement moins mobilisé que les six précédentes et à l'orée d'une semaine décisive où le gouvernement espère voir la réforme définitivement adoptée.

Le ministère de l'Intérieur a dénombré 368 000 manifestants en France, dont 48 000 à Paris, soit moins que le 16 février, journée qui a le moins mobilisé depuis le début de la contestation le 19 janvier. L'Intérieur avait alors annoncé 440 000 manifestants, dont 37 000 à Paris.

La CGT a elle compté plus d'un million de manifestants, dont 300.000 à Paris, contre 1,3 million dont 300 000 à Paris le 16 février. Le décompte réalisé à Paris par le cabinet Occurrence pour un ensemble de médias, dont l'AFP, s'élève à 33 000.

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a reconnu avant le départ de la manifestation parisienne une moindre affluence que le 7 mars, où la mobilisation avait été historique partout en France, mais la détermination est "forte", a-t-il assuré.

Une nouvelle journée de manifestations, la 8e, est prévue mercredi, en parallèle de la réunion de la commission mixte paritaire, au cours de laquelle députés et sénateurs pourraient s'accorder sur un texte, avant un vote définitif dans la foulée dans les deux chambres.

"J'implore ceux qui dirigent ce pays de sortir de cette forme de déni du mouvement social", a dit M. Berger, faisant part de la "sidération" des militants face à la décision du président de la République de ne pas recevoir les représentants syndicaux, comme ils en ont solennellement fait la demande dans un courrier jeudi.

Dans un communiqué samedi soir, l'intersyndicale a dénoncé le "mépris" d'Emmanuel Macron, et l'a mis au défi "d'organiser une consultation citoyenne (sur les retraites) dans les plus brefs délais".

"Puisqu'il est si sûr de lui, le président de la République, il n'a qu'à consulter le peuple. On verra la réponse du peuple", a déclaré le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Le chef de file de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a réagi à cette proposition en recommandant depuis Marseille "qu'on se dirige vers une consultation du peuple lui-même pour qu'on tranche". "Il faut trouver une porte de sortie, donc nous allons en trouver une par la force", a-t-il aussi affirmé, accusant M. Macron de ne "laisse(r) d'autre possibilité à personne que d'être dans ce rapport frontal".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Réforme des retraites : le Sénat français adopte le texte par 195 contre 112

Réforme des retraites : "mobilisation historique" selon les syndicats

Nouvelle-Calédonie : Emmanuel Macron se rend dans l'archipel français