PUBLICITÉ

Sept mois de combats à Bakhmout, pourquoi la ville est-elle devenue un tel enjeu ?

Après sept mois de combats, Bakhmout est en grande partie détruite.
Après sept mois de combats, Bakhmout est en grande partie détruite. Tous droits réservés AP/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés AP/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Valeriy Nozhin
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que les pertes se comptent par milliers côtés russe et ukrainien, aucun des deux camps ne semble prêt à abandonner Bakhmout. Une ville aujourd'hui davantage symbolique que stratégique, tant pour Moscou que Kyiv.

PUBLICITÉ

La ville ukrainienne de Bakhmout, dans la région de Donetsk, fait l'objet de combats intenses depuis plus de sept mois. Russes et Ukrainiens parlent de pertes colossales pour l'ennemi. Selon les autorités locales, la ville est détruite à 60 %. En février, des observateurs occidentaux ont commencé à anticiper l'abandon par l'armée ukrainienne de Bakhmout, mais quand est-il réellement ?

Bakhmout revêt-elle une importance stratégique ?

Selon des analystes occidentaux, l'attaque initiale sur Bakhmout pourrait faire partie d'un plan russe visant à encercler les unités de l'armée ukrainienne près de Kramatorsk et de Slovyansk.

Le bombardement massif de Bakhmout a commencé à la mi-mai 2022, suivi d'une série de batailles pour le contrôle des routes de la région. Le 1er août est considéré comme le jour où l'assaut sur la ville a commencé. Mais trois semaines plus tard, l'offensive russe s'essouffle et, en septembre et octobre, l'Ukraine mène avec succès une contre-offensive dans la région de Kharkiv, jusqu'à la frontière russe.

Après cela, le sens des combats pour Bakhmout a évolué. La bataille acharnée avait commencé. 

Ce qui se passe à Bakhmout est comme à Verdun
Patrick Bury
Professeur associé à l'université de Bath

"Malheureusement, ce qui se passe, c'est comme à Verdun, une fois que beaucoup de gens commencent à mourir pour un endroit, cela n'a plus vraiment d'importance. Vous savez, le capital sanguin a déjà été dépensé. Et puis, à cause de cette dépense, de cette dépense de sang, cela devient politiquement significatif. Une fois que les gens commencent à attaquer et qu'ils ont besoin d'une victoire, cela devient un petit monde en soi", explique Patrick Bury, professeur associé à l'université de Bath.

Pourquoi Moscou veut, à tout prix, prendre la ville?

Pour la Russie, Bakhmout est une occasion de déclarer la victoire, de "compenser" les revers militaires de la fin de l'année dernière. Dès le mois de décembre, des observateurs ukrainiens et occidentaux ont indiqué que Bakhmout était devenue la principale cible de Moscou et que des forces importantes avaient été déployées pour s'en emparer.

Le ministre de la Défense, Sergei Shoigu, a déclaré que Bakhmout était la clé d'une nouvelle offensive dans le Donbass. Mais les experts occidentaux doutent que la Russie ait la capacité de tirer parti de son succès si la ville est néanmoins prise.

"_Les Russes n'ont pas encore démontré qu'ils étaient capables de réaliser des percées comme l'a fait l'Ukraine._La logistique russe est plutôt médiocre. S'ils parviennent à faire une percée, ils seront de toute façon ralentis par leurs problèmes logistiques, qui existaient déjà avant cela", juge Patrick Bury.

Que signifie Bakhmout pour Kyiv ?

Pour l'Ukraine, Bakhmout est devenu un symbole de résistance héroïque. Kyiv souligne que les combats prolongés près de la ville ont immobilisé de nombreuses troupes russes, empêchant Moscou de mener des opérations offensives ailleurs. Les autorités ukrainiennes affirment également que leurs forces ont infligé aux Russes des pertes colossales en hommes et en matériel. L'OTAN estime que le ratio des pertes est de 1:5, ce qui signifie que pour chaque Ukrainien tué, cinq Russes sont tués.

"Ce qui se passe réellement, c'est que les Ukrainiens utilisent cette bataille comme une bataille défensive, essentiellement une bataille sur pièces à ce stade pour infliger le plus grand nombre de pertes aux attaquants russes au coût le plus bas possible pour eux-mêmes avant de lancer un ou deux contre-attaques contre la Russie au moment choisi par l'Ukraine et également à l'endroit de leur choix", précise Patrick Bury.

Bakhmout, objectif primordial pour Evgueni Prigojine

Pour la Russie, les événements autour de Bakhmout ont également une autre dimension, pas tout à fait militaire. Les mercenaires de Wagner jouent un rôle très important dans la bataille pour la ville. Evgueni Prigojine est en effet en conflit ouvert avec la tête des forces armées russes, au point d'échanger des insultes avec le chef de l'état-major général Valery Gerasimov.

Selon les experts occidentaux, l'assaut sur Bakhmout se poursuit notamment en raison des ambitions de Prigojine . Selon Patrick Bury, "la ville a pris de l'importance lorsque Wagner est vraiment arrivé au pouvoir et a en quelque sorte dit, nous allons le faire, nous allons vous montrer comment gagner. L'armée russe est incompétente et nous allons le faire. Et ensuite, ils ont tout mis en œuvre".

Ainsi, le succès ou l'échec dans la bataille de Bakhmout pourrait déterminer le sort futur du groupe Wagner et de Prigojine lui-même.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : évacuations au nord de Kharkiv, Zelensky visite les blessés à l'hôpital

Ukraine : pas d'avancée russe majeure selon l'OTAN, Poutine dit ne pas vouloir s'emparer de Kharkiv

"L'aide est en route" assure Antony Blinken à l'Ukraine