EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Tirées par l'Ukraine, les importations d'armes ont doublé en Europe en 2022

Exposition EDEX sur la défense en Égypte, le 30 novembre 2021, le Caire
Exposition EDEX sur la défense en Égypte, le 30 novembre 2021, le Caire Tous droits réservés Mohamed El-Shahed/Copyright 2021 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Mohamed El-Shahed/Copyright 2021 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Tirées par l'Ukraine, les importations d'armes ont doublé en Europe en 2022. Côté exportateurs, la France conforte sa troisième place mondiale.

PUBLICITÉ

Les importations d'armement en Europe ont quasiment doublé en 2022, tirées par les livraisons massives vers l'Ukraine devenue troisième destination mondiale, selon un rapport de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) publié lundi.

Avec une envolée de 93% sur un an, les importations ont aussi augmenté du fait de la hausse des dépenses militaires de plusieurs Etats européens comme la Pologne et la Norvège, qui devrait encore accélérer, selon cette étude faisant référence.

"L'invasion a vraiment provoqué une envolée significative de la demande d'armes en Europe, qui n'a pas encore montré sa pleine puissance et va selon toute vraisemblance mener à de nouvelles hausses d'importations", souligne à l'AFP Pieter Wezeman, coauteur du rapport annuel depuis plus de trois décennies.

L'Ukraine, a concentré 31% des importations d'armement en Europe

Hors Ukraine, la hausse des importations européennes a tout de même atteint 35% en 2022, selon les données du Sipri, résumées dans un communiqué de presse.

L'Ukraine, jusqu'ici un importateur négligeable d'armement, est devenue subitement la troisième destination d'armement dans le monde l'an passé, derrière le Qatar et l'Inde, conséquence directe de l'aide occidentale pour repousser l'invasion russe.

A lui seul, le pays a concentré 31% des importations d'armement en Europe et 8% des échanges mondiaux, selon des données transmises par le Sipri à l'AFP dans le cadre de son rapport annuel.

Les importations de Kiev, incluant les donations occidentales, ont été multipliées par plus de 60 en 2022, selon l'institut basé à Stockholm.

Pour la plupart des équipements d'occasion, les livraisons à l'Ukraine incluent notamment environ 230 pièces d'artillerie américaine, 280 blindés polonais ou encore plus de 7 000 missiles antichar britanniques et des systèmes anti-aériens, neufs cette fois, liste le Sipri.

La France se considère comme une grande puissance
Pieter Wezeman
Co-auteur du rapport de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm

Pour établir ses classements sur le commerce mondial des armes, l'institut privilégie des unités de valeur qui lui sont propres, plutôt que des dollars ou des euros.

S'il est difficile à chiffrer du fait de l'opacité de nombreux contrats, le commerce mondial d'armement dépasse les 100 milliards de dollars annuels, selon les experts. Pour un montant global des dépenses militaires qui a pour la première fois franchi les 2 000 milliards de dollars en 2021, selon le Sipri.

Hors Europe, les importations d'armes ont baissé sur cinq ans

Le bond des importations européennes était attendu du fait de la guerre en cours en Ukraine.

Mais il accélère spectaculairement une tendance à la hausse sur le Vieux continent, conséquence du réarmement amorcé depuis plusieurs années après l'annexion de la Crimée par Moscou, et qui s'accélère désormais à vitesse grand V.

"Les pays européens ont soit déjà commandé ou prévoient de le faire tous types d'armement. Sous-marins, avions de combat, en passant par les drones, les missiles antichars, les fusils et les radars", souligne M. Wezeman. "Tout est examiné, parce que l'idée est de renforcer les capacités militaires à travers tout le spectre".

Sur les cinq dernières années (2018-2022), période privilégiée par le Sipri pour identifier les tendances, les importations européennes ont progressé de 47% par rapport aux cinq années précédentes, alors que les échanges mondiaux ont décliné de 5%.

À la différence de l'Europe, tous les autres continents affichent un recul des importations sur cinq ans, avec une baisse marquée en Afrique (-40%), en Amérique du Nord et du Sud (-20%) et même en Asie (-7%) et au Moyen-Orient (-9%), premiers marchés mondiaux.

PUBLICITÉ

Autre inflexion majeure : selon les données du Sipri, le Moyen-Orient est devenu en 2022 la première zone de destination des exportations d'armement l'an passé, avec 32% du total mondial.

Il double l'Asie-Océanie (30%), qui occupait la première place depuis des années et l'Europe, à 27%, contre moins de 11% il y a encore dix ans.

La France talonne la Russie à la troisième place des exportateurs mondiaux

La Chine s'arme en masse mais produit de plus en plus localement son armement, ce qui tend à réduire les exportations vers l'Asie, selon le Sipri.

Outre le Qatar (10% du total), l'Inde (9%) et l'Ukraine (8%), l'Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis (7% chacun) ainsi que le Pakistan (5%) ont été les principaux importateurs.

PUBLICITÉ

Côté exportateurs, le top 5 mondial des cinq dernières années est toujours assuré par les Etats-Unis (40%), puis la Russie (16%), la France (11%), la Chine (5%) et l'Allemagne (4%), soit à eux cinq les trois quarts du total.

Mais les parts américaine et française ont nettement augmenté, tandis que celles des trois autres ont décliné.

"Pour la France, il s'agit depuis longtemps d'une composante normale de sa politique économique" indique Pieter Wezeman, expliquant que Paris "se considère comme une grande puissance". C'est "un élément important de sa politique étrangère et des tentatives de gagner plus d'influence dans certaines parties du monde" précise-t-il.

La Russie, qui voit sa part de marché légèrement baisser en 2022 a "besoin d'arme pour son propre effort de guerre" indique-t-il, mettant en avant les "sanctions très strictes" imposées par l'Europe et les États-Unis à Moscou.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : rien ne va plus entre Wagner et le ministère russe de la Défense

L’UE étudie la mise en place d’achats conjoints d'armes pour aider l’Ukraine

Que valent les chars occidentaux face aux tanks russes ?