Grèce : rencontre avec l'équipe nationale féminine ukrainienne de gymnastique rythmique

L’équipe nationale féminine ukrainienne de gymnastique rythmique, mars 2023, en Grèce.
L’équipe nationale féminine ukrainienne de gymnastique rythmique, mars 2023, en Grèce. Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Ioannis Karagiorgas
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Du 17 au 19 mars dernier, l’équipe nationale féminine ukrainienne de gymnastique rythmique a participé à une étape de la Coupe du Monde de la discipline, en Grèce.

PUBLICITÉ

Du 17 au 19 mars dernier, l’équipe nationale féminine ukrainienne de gymnastique rythmique a participé à une étape de la Coupe du Monde de la discipline, en Grèce. Le Comité olympique hellénique s'était engagé à couvrir les frais de participation. Les jeunes athlètes ont tout donné. Il n’était pourtant pas facile pour elles de rester concentrées.

"Lorsqu'en 2022, la Russie a envahi l’Ukraine, mon père n'a pas eu d'autre choix que d'aller se battre. Il voulait protéger notre famille et notre pays. Nous sommes très inquiets pour lui. Mais nous sommes convaincus que tout ira bien et qu'à la fin, nous gagnerons", raconte la gymnaste ukrainienne, Diana Baieva.

Les équipes d’autres pays, bien que concurrentes sur le tatami, ont fait preuve de solidarité avec les gymnastes ukrainiennes, conscientes de la guerre qui impacte leurs vies.

"De nombreuses filles nous ont soutenues et ont été à nos côtés. La plupart des pays européens nous aident financièrement à nous rendre aux compétitions. Bien sûr, les gymnastes de Russie et du Bélarus ne nous ont pas parlé et ne nous ont pas soutenues. En fait, elles nous en veulent de participer à des compétitions alors qu'elles ne le peuvent pas", dit Yeva Meleshchuk, membre de l’équipe.

Apprécier chaque minute d'entraînement

L'équipe nationale ukrainienne de gymnastique est constamment en déplacement pour les compétitions. Pour des raisons de sécurité, elle ne rentre que très rarement à Kyiv.

"Kyiv est aujourd'hui grise, morose et triste. Il y a souvent des sirènes d'alerte aérienne et des tirs de missiles sur les maisons et les immeubles. Récemment, une roquette est tombée à 500 mètres de notre gymnase. Nous apprécions chaque minute d'entraînement et sommes très heureuses que les forces armées nous protègent et fassent tout leur possible pour gagner", explique la gymnaste Mariia Vysochanska.

Ioannis Karagiorgas, euronews : "Alors que la guerre fait rage en Ukraine, l'équipe nationale de gymnastique est en Grèce pour la Coupe du monde. Ces jeunes filles tentent de retrouver un semblant de normalité et de poursuivre leur vie. Cependant, leurs cœurs et leurs esprits sont toujours en Ukraine, dans ce pays qu'elles aiment."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La nouvelle loi ukrainienne sur la mobilisation est entrée en vigueur

Kharkiv et Odessa visées par des frappes russes, la Crimée occupée ciblée par les Ukrainiens

"Où est maman ?" L'histoire d'un petit garçon ukrainien enlevé par les forces russes