Le CIO recommande la réintégration des sportifs russes et bélarusses sous bannière neutre

Réunion du Comité international olympique (CIO) à Lausanne, en Suisse, mardi 28 mars 2023.
Réunion du Comité international olympique (CIO) à Lausanne, en Suisse, mardi 28 mars 2023. Tous droits réservés Laurent Gillieron/' KEYSTONE / LAURENT GILLIERON
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le Comité international olympique décidera "au moment approprié" de leur éventuelle participation aux JO-2024 de Paris.

PUBLICITÉ

Le Comité international olympique a recommandé mardi la réintégration des sportifs russes et bélarusses aux compétitions internationales, sous bannière neutre et "à titre individuel", pour peu qu'ils n'aient pas activement soutenu la guerre en Ukraine.

Mais la commission exécutive de l'organisation décidera "au moment approprié" de leur éventuelle participation aux JO-2024 de Paris, que l'Ukraine, la Pologne et les pays baltes menacent de boycotter en cas de présence russe, a précisé le président du CIO Thomas Bach lors d'une conférence de presse.

Pressée depuis des semaines de clarifier sa position, l'instance olympique avait annoncé en décembre dernier "explorer des moyens" de ramener les bannis dans le giron du sport mondial, après avoir recommandé leur exclusion fin février 2022 en raison de l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe, avec le soutien du Bélarus voisin.

Le CIO, après quatre mois de consultations avec l'ensemble du monde olympique, a choisi de laisser aux fédérations internationales et organisateurs de compétitions la responsabilité première d'inviter ou pas les sportifs russes et bélarusses, se contentant de "recommandations" pour "harmoniser leur approche".

L'exécutif de l'instance suggère ainsi de maintenir l'exclusion de toutes les équipes russes et bélarusses et de limiter le retour en compétition aux sportifs "détenteurs d'un passeport russe ou bélarusse" pour peu qu'ils concourent à titre "individuel" et sous bannière neutre, qu'ils n'aient "pas activement soutenu la guerre en Ukraine" et ne soient pas sous contrat avec l'armée russe ou les services de sécurité.

Une recommandation loin de faire l'unanimité

La recommandation CIO de réintégrer sous conditions les sportifs russes et bélarusses aux compétitions internationales est "une gifle aux sportifs ukrainiens", a dénoncé mardi la ministre allemande de l’Intérieur et du territoire, Nancy Faeser.

C'est "un jour de honte" pour le Comité international olympique, a pour sa part déclaré mardi le vice-ministre polonais des Affaires étrangères, Piotr Wawrzyk.

Le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Lipavsky, s'est lui dit "déçu par la recommandation du CIO" sur son compte Twitter.

Le président du Comité olympique russe a estimé que les critères émis mardi par le CIO pour permettre la réintégration des sportifs russes et bélarusses dans les compétitions internationales, sous bannière neutre et à titre individuel, étaient "discriminatoires".

"Les critères annoncés pour le retour aux compétitions internationales sont inacceptables. Il s'agit d'une discrimination basée sur la nationalité", a fustigé Stanislav Pozdniakov lors d'une conférence de presse retransmise à la télévision russe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

JO, Jeux européens et asiatiques : quelle place pour la Russie et le Belarus ?

JO 2024 : le Comité international olympique demande à l'Ukraine de cesser ses menaces de boycott

Judo: l'Ukraine se retire des Mondiaux pour protester contre la présence des Russes et Bélarusses