Attaque au couteau dans un centre musulman à Lisbonne : "un acte isolé" selon les autorités

L'enquête en cours à Lisbonne
L'enquête en cours à Lisbonne Tous droits réservés Armando Franca/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un homme armé d'un couteau a tué deux femmes et grièvement blessé une troisième personne mardi au siège mondial des Ismaéliens à Lisbonne. L'auteur présumé est un réfugié afghan.

PUBLICITÉ

Un homme armé d'un couteau a tué deux femmes et grièvement blessé une troisième personne avant d'être neutralisé par la police portugaise à Lisbonne au cours d'une attaque contre le siège mondial des Ismaéliens, une communauté musulmane chiite dirigée par l'Aga Khan.

Selon les éléments fournis par les autorités et des représentants de la communauté ismaélienne, cette agression meurtrière serait un "acte isolé" commis par un réfugié afghan dont les motivations restent à éclaircir. L'homme avait perdu son épouse "dans des circonstances difficiles" dans un camp d'exilés en Grèce. "Il ne faisait l'objet d'aucun signalement" de la part des forces de sécurité et semblait mener "une vie assez tranquille" au Portugal avec ses trois enfants âgés de 4 à 9 ans, a ajouté le ministre portugais de l'Intérieur.

La police a neutralisé l'attaquant, qui était muni d'un "couteau de grande taille", en usant d'une arme à feu. Le suspect a ensuite été admis dans un hôpital de la capitale portugaise. Il est "vivant et en détention", a indiqué la police.

Visée par l'attaque, la communauté des musulmans chiites ismaéliens a établi son siège mondial à Lisbonne et son chef spirituel, l'Aga Khan, a obtenu la nationalité portugaise en 2019.

Les Ismaéliens, un courant minoritaire de l'islam chiite, forment une communauté de 12 à 15 millions de personnes réparties dans une trentaine de pays. Ils comptent environ 8 000 membres au Portugal.

Au cours des dernières années, les attaques se sont multipliées, notamment au Pakistan, contre des Ismaéliens, accusés par les extrémistes sunnites d'incarner un courant "déviant" par rapport à l'orthodoxie musulmane.

AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le pape rencontre des victimes de violences sexuelles dans l'Église

Après l’attaque d'un consulat iranien à Damas, l'ambassadeur menace Israël

Attaque d'ours en Slovaquie : au moins 5 blessés