Ukraine : l'AIEA en quête d'un compromis pour protéger la centrale nucléaire de Zaporijjia

Rafael Grossi à Dnipro, Ukraine, après avoir visité la centrale nucléaire de Zaporijjia, sous occupation russe, le 29 mars 2023
Rafael Grossi à Dnipro, Ukraine, après avoir visité la centrale nucléaire de Zaporijjia, sous occupation russe, le 29 mars 2023 Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Centrale nucléaire de Zaporijjia : le chef de l'AIEA dit vouloir trouver une solution acceptable pour Kyiv et Moscou afin de protéger le site.

PUBLICITÉ

**Un compromis a minima face à un risque militaire croissant: le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique s'est rendu mercredi à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia en quête d'une solution acceptable pour Kiev et Moscou afin de sécuriser le site.
**

L'idée d'une zone démilitarisée autour de ce site du sud-est de l'Ukraine occupé depuis mars par les Russes semble avoir vécu après des mois d'échanges infructueux.

Rafael Grossi, qui a passé quelques heures sur place avant de retourner dans les territoires sous contrôle ukrainien, veut donc désormais travailler sur des "principes" à même de minimiser le risque de "catastrophe" nucléaire.

"S'entendre sur des principes"

"J'essaie de préparer et de proposer des mesures réalistes qui seront approuvées par toutes les parties", a-t-il dit aux journalistes pendant cette visite à laquelle l'AFP a pu participer dans le cadre d'un voyage de presse organisé par les autorités russes.

"L'idée est de s'entendre sur certains principes, certains engagements, dont ne pas attaquer la centrale", a ensuite déclaré M. Grossi à l'AFP, priant une fois encore Moscou de ne pas y entreposer des équipements militaires.

"L'activité militaire est à la hausse dans toute cette région" avec notamment une "a_ugmentation significative du nombre des soldats_", avait-il auparavant regretté.

Pour cette deuxième visite, après celle de septembre 2022, M. Grossi est arrivé à bord d'un véhicule blindé de l'armée russe, encadré par des soldats en tenue de combat, selon un journaliste de l'AFP.

Des employés de l'AIEA étaient également présents, dont trois inspecteurs chargés de relever des collègues en poste sur le site.

Le chef de l'AIEA mène depuis des mois des consultations pour protéger la centrale et la zone avoisinante, régulièrement touchées par des frappes qui entraînent des coupures de courant à répétition, laissant craindre un accident nucléaire.

Avant même sa visite, l'éventualité d'une percée diplomatique avait été balayée par un conseiller de la direction de l'opérateur russe Rosenergoatom. "Nous sommes loin d'avoir l'illusion que la visite de Grossi puisse radicalement changer les choses", avait confié à l'agence de presse Tass Renat Kartchaa.

"Jouer avec le feu"

Kiev et Moscou se sont accusés mutuellement d'avoir bombardé la centrale. Des soldats russes stationnés sur le site de la centrale lors de la visite de M. Grossi, mercredi, ont dit à l'AFP qu'ils se préparaient à une éventuelle attaque ukrainienne.

Leur tâche principale est "d'empêcher une prise de contrôle armée" du site par des "saboteurs" ukrainiens, a déclaré un des soldats aux journalistes. Kiev nie avoir de tels projets.

L'Ukraine estime que seul un retrait russe de la centrale de Zaporijjia permettrait de garantir la sécurité nucléaire. Quant à la Russie, qui refuse tout départ d'un territoire dont elle revendique l'annexion, elle accuse Kiev de vouloir reprendre ce site par la force, au mépris du risque encouru.

Le 22 mars, M. Grossi avait averti que la centrale se trouvait dans un "état précaire" car, selon l'AIEA, la "dernière ligne électrique de secours", endommagée le 1er mars, reste "déconnectée et en réparation". Or l'électricité est essentielle pour faire tourner les pompes assurant la circulation d'eau afin de refroidir le combustible et éviter un accident comme celui de Fukushima, au Japon, en 2011.

Le 9 mars, la gigantesque centrale avait été coupée du réseau électrique ukrainien pendant 11 heures après une frappe russe. Des générateurs diesel de secours avaient été enclenchés pour fournir une alimentation minimale des systèmes de sécurité.

"On joue avec le feu", avait prévenu M. Grossi.

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne Josep Borrell avait accusé la Russie de mettre "en danger la sécurité de la totalité du continent européen".

La Russie revendique l'annexion de la région de Zaporijjia, où se trouve la centrale et en occupe une partie. Elle accuse depuis plusieurs jours l'Ukraine d'y multiplier les frappes et les attentats.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : situation "grave" mais en cours de stabilisation à la centrale de Zaporijia

37 ans après Tchernobyl, où en est le nucléaire en Europe ?

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell à Kyiv pour une visite de deux jours