PUBLICITÉ

La communauté internationale condamne l'attaque de l'armée birmane

Image de l'attaque de l'armée birmane à Sagaing, dans le nord ouest du pays.
Image de l'attaque de l'armée birmane à Sagaing, dans le nord ouest du pays. Tous droits réservés Kyunhla Activists Group via AP
Tous droits réservés Kyunhla Activists Group via AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des dizaines de personnes sont mortes dans une attaque aérienne dont la junte a confirmé être à l'origine, provoquant la condamnation de la communauté internationale.

PUBLICITÉ

**Des dizaines de personnes sont mortes dans une attaque aérienne dont l'armée a confirmé être à l'origine, provoquant la condamnation de la communauté internationale.**Cette attaque aérienne est la plus meurtrière depuis le coup d'Etat de 2021 par la junte militaire.

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Volker Türk s'est dit "horrifié" après cette attaque perpétrée mardi, dans un "mépris flagrant pour les règles du droit international."

"Il semble que des enfants qui dansaient, ainsi que d'autres civils, lors de la cérémonie d'ouverture d'un centre du village de Pazi Gyi, dans le district de Kanbalu, fassent partie des victimes", a indiqué M. Türk dans un communiqué.

Au moins 50 morts et des dizaines de blessés ont été comptabilisés par BBC Burmese, The Irrawaddy et Radio Free Asia, mais le bilan pourrait s'élever à 100 morts selon un secouriste d'un groupe rebelle armé contacté par l'AFP. Celui-ci a indiqué la présence d'enfants parmi les victimes.

La France a également condamné "avec la plus grande fermeté l'attaque abominable", déplorant la "stratégie de violence indiscriminée que la junte birmane fait subir depuis plus de deux ans au peuple birman".

"La France continuera de se tenir résolument aux côtés du peuple birman, dont elle salue le courage et l'attachement sans cesse renouvelé à la démocratie", a ajouté le ministère français des Affaires étrangères dans une déclaration transmise à l'AFP.

La junte birmane affirme avoir voulu viser des opposants armés

L'attaque visait un village de la région de Sagaing, dans le nord-ouest du pays. 

La junte au pouvoir a reconnu_"qu'il pourrait y avoir des personnes portant des vêtements civils"_, sans évoquer de bilan, par l'intermédiaire de son porte-parole, Zaw Min Tun.

Mais l'armée a insisté qu'elle visait un rassemblement d'opposants armés - l'ouverture d'un bureau des forces de défense du peuple (PDF), qu'elle qualifie de "terroristes". Certains des morts étaient des combattants anti-coup d'Etat en uniforme, a assuré le représentant.

"D'après les informations que nous avons obtenues sur le terrain, les personnes tuées ne le sont pas uniquement à cause de notre attaque. Il y avait des mines plantées par les PDF autour de cette zone", a-t-il déclaré.

AP/Kyunhla Activists Group
Une image de l'attaque de la junte birmane dans le nord-ouest du pays, à Sagaing.AP/Kyunhla Activists Group

Un avion de chasse et un hélicoptère de combat ont été déployés lors de l'attaque, a indiqué à l'AFP une source sécuritaire.

Washington s'est dit "profondément préoccupé" par ces attaques, qui "soulignent une fois de plus le mépris du régime pour la vie humaine et sa responsabilité dans la terrible crise politique et humanitaire qui sévit en Birmanie depuis le coup d'Etat de février 2021", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du Département d'Etat, Vedant Patel.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Birmanie : la junte libère près de 6 000 prisonniers dont des étrangers

NoComment : la Birmanie renoue avec son traditionnel festival de montgolfières

Birmanie : Aung San Suu Kyi a été partiellement graciée