Pourquoi les États-Unis ont sanctionné une banque russe basée en Hongrie

C'est l'ambassadeur des États-Unis, David Pressman, qui annoncé les sanctions contre la banque russe installée en Hongrie
C'est l'ambassadeur des États-Unis, David Pressman, qui annoncé les sanctions contre la banque russe installée en Hongrie Tous droits réservés à Budapest
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C'est l'ambassadeur américains en Hongrie qui en a fait l'annonce. Les sanctions visent aussi un ex-haut fonctionnaire hongrois. Un message clair à l'attention Viktor Orban dont la politique pro-russe agace Washington et ses alliés.

PUBLICITÉ

Les États-Unis sanctionnent une banque russe basée en Hongrie

Trois dirigeants de la Banque internationale d'investissement (BII), fondée par des Russes et basée à Budapest, a été placée sur la liste des sanctions américaines, a annoncé l'ambassadeur des États-Unis en Hongrie, David Pressman.

Deux citoyens russes et Imre Laszlóczki, vice-président de la banque et ancien ambassadeur de Hongrie au Kazakhstan et en Azerbaïdjan ont également été directement sanctionnés.

Depuis que cette entité bancaire, contrôlée par la Russie a déménagé de la Russie à Budapest en 2019, Washington avait alerté les autorités hongroises à plusieurs reprises quant aux risques que la présence de la banque russe en Hongrie fait peser sur les alliés de l'OTAN. 

Mais le gouvernement de Viktor Orban a semble-t-il fait la sourde oreille.

Avec cette annonce, les États-Unis montrent qu'ils prendront des mesures pour répondre aux choix de la Hongrie et pour limiter l'accès de la Russie et des personnes russes sanctionnées au système financier international.

Selon Washington, la Banque internationale d'investissement est une façade pour les services de renseignement russes, or la Hongrie a accordé l'immunité diplomatique à ses responsables. Les propriétaires européens de la banque (Slovaquie, Roumanie, Bulgarie, entre autres) se sont retirés du projet, laissant la Hongrie comme dernière partie prenante européenne.

L'annonce des sanctions a provoqué une manifestation devant l'ambassade américaine. 

Les relations entre la Hongrie de Viktor Orban et l'administration démocrate de Joe Biden restent épineuses, surtout depuis le déclenchement de l'invasion russe en Ukraine.

Les dernières crispations ont été provoquées après une campagne d'affichage établissant des parallèles entre la révolution hongroise de 1956 (réprimée par l'Union soviétique) et la guerre russe en Ukraine. Le gouvernement hongrois a qualifié cette campagne de pro-guerre, par opposition à sa position "pro-paix". 

Budapest exige un cessez-le-feu immédiat et des pourparlers de paix quitte à ce que l'Ukraine cède des territoires à l'agresseur russe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vladimir Poutine espère "une solution" à la crise russo-occidentale

La Hongrie s'oppose à l'importation de céréales ukrainiennes en Europe

Hongrie : le pape conclut son voyage en appelant le pays à "ouvrir ses portes" aux migrants