Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Vladimir Poutine espère "une solution" à la crise russo-occidentale

Access to the comments Discussion
Par Loreline Merelle  & Euronews
Vladimir Poutine espère "une solution" à la crise russo-occidentale
Tous droits réservés  Mikhail Klimentyev/Sputnik

En plein bras de fer entre la Russie et l'Occident, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a rencontré Vladimir Poutine au Kremlin.

"Une mission de paix"

Et c'est comme artisan de la paix que le dirigeant hongrois s'est présenté. Il a ainsi affirmé être en "mission de paix".

Et il a assuré au Président russe "qu'il n'y a pas un seul État membre de l'Union européenne qui souhaite la guerre".

Des préoccupations russes ignorées

À l'issue de cette rencontre, le maître du Kremlin a tenu une conférence de presse avec le dirigeant hongrois, où il a dit "espérer trouver une solution" à la crise à la frontière ukrainienne, même si "ce n'est pas facile".

Vladimir Poutine a jugé en outre "clair" que les Etats-Unis et l'Otan ont choisi jusqu'ici d'ignorer les préoccupations de la Russie pour sa sécurité.

"Nous analysons les réponses écrites reçues des Etats-Unis et de l'Otan (...) mais il est déjà clair que les préoccupations de principe de la Russie ont été ignorées"
Vladimir Poutine
Président russe

Une visite controversée

Cette conférence de presse a clôturé la visite très controversée du Premier ministre Viktor Orban à Moscou.

Il s'y est rendu officiellement pour assurer les liens économiques avec la Russie, avant les élections hongroises d’avril.

Il s'agissait aussi de garantir l'approvisionnement russe en gaz, quelque soit les événements en Ukraine.

« L’année dernière, Gazprom a signé deux contrats de long terme pour l’approvisionnement en gaz naturel de la Russie vers la Hongrie, jusqu’en 2036. C’est pourquoi, la stabilité de l’approvisionnement est assurée." a affirmé le Président russe, Vladimir Poutine.

"Mais ce n’est pas seulement la stabilité de l’approvisionnement qui importe, c’est aussi le fait qu’aujourd’hui, la Hongrie a acheté du gaz russe cinq fois moins cher que les prix du marché en Europe." a-t-il ajouté.

Des intérêts économiques

Vladimir Poutine a salué l’indépendance de Viktor Orban dans ces choix. La Russie a néanmoins des intérêts bien gardés dans cette affaire.

Moscou a notamment signé des contrats de plusieurs milliards d’euros pour développer l’industrie nucléaire en Hongrie.

Budapest est le seul pays de l’Union européenne qui n'a pas soutenu ouvertement Kiev dans la crise russo-occidentale.

Le gouvernement de Viktor Orban a également refusé de recevoir des troupes de l’OTAN sur son territoire, considérant que cela posait un danger pour la paix dans la région.