The Cube : qui se cache derrière le compte "Donbass Devushka" ?

Captures d'écran des comptes de "Donbass Devushka" sur les réseaux sociaux.
Captures d'écran des comptes de "Donbass Devushka" sur les réseaux sociaux. Tous droits réservés Euronews
Par Sophia Khatsenkova
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Celle qui se présentait comme une Russe vivant à Louhansk était en fait une militaire américaine à la retraite.

PUBLICITÉ

Pour ses partisans, la personne qui se cache derrière le profil "Donbass Devushka", ou "fille du Donbass", est une femme russe originaire de la ville de Louhansk. 

En réalité, derrière ce compte se trouve une Américaine de 37 ans, Sarah Bils. Elle est une ancienne sous-officière de la marine américaine qui a été récemment relevée du service actif.

Elle a activement diffusé de la désinformation depuis le début de la guerre en Ukraine l'année dernière.

Sarah Bils est basée dans l'État de Washington. Elle a d'abord été démasquée par des activistes de renseignement de sources ouvertes pro-ukrainiens , connus sous le nom de NAFO.

Sarah Bils a acquis une grande popularité sur les réseaux sociaux,  avec plus de 135 000 followers sur Twitter, Telegram ou sur Youtube.

Elle a collecté des fonds pour l'armée russe. Elle s'est également moquée de la mort des soldats ukrainiens sur ses réseaux sociaux. Elle prétendait s'appeler Mila Medvedev et parlait avec un accent russe forcé pendant ses podcasts.

Sarah Bils a également joué un rôle clé dans la diffusion des fichiers classifiés du Pentagone qui ont récemment fuité.

Selon le Wall Street Journal, Jack Teixeira, technicien de la Garde Nationale Américaine a été inculpé vendredi dernier pour avoir diffusé des documents classifiés. Il risque 15 ans de prison.

Sarah Bils, qui avait des accréditations de sécurité lorsqu'elle servait dans la marine, a déclaré au Wall Street Journal qu'elle n'avait pas participé à la diffusion des documents.

Cependant, en consultant son compte Telegram, les fameux documents et fichiers divulgués sont bien présents. Toutefois, le Wall Street Journal a indiqué que les fichiers postés sur son compte étaient des versions modifiées des documents originaux, où le nombre de morts a été changé, pour faire croire que la Russie perdait moins que ce qu'elle perdait réellement.

Sarah Bils a ensuite admis au Wall Street Journal qu'elle était l'administratrice des comptes "Donbass Devushka", ainsi que l'animatrice de la série de podcasts. Mais elle a ajouté qu'elle n'était pas la seule et qu'il y avait plus de 15 personnes dans le monde qui géraient ce réseau.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Non, la guerre en Ukraine n'est pas une mise en scène

New York touché par un séisme de magnitude 4,8

No Comment : un mort et deux blessés après la chute d'une section de grue en Floride