Huit milliards d’habitants sur la planète, opportunités et défis

Huit milliards d’habitants sur la planète, opportunités et défis
Tous droits réservés  euronews
Par Isabel Marques da Silva

La population mondiale compte 8 milliards d'habitants, selon l'UNFPA. Pour en discuter, The Global Conversation a rencontré la Directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour la population, et la vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Démocratie et de la Démographie.

Le 15 novembre 2022, la population mondiale a atteint le chiffre record de huit milliards de personnes, selon le rapport publié par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA). C'est un nombre stupéfiant - mais qu'est-ce que cela signifie ? Quelles sont les implications pour la vie, les droits, la santé et la future progéniture de toutes ces personnes ? Pour en discuter, The Global Conversation, en partenariat avec le think tank "Les Amis de l'Europe", s'est entretenue avec Natalia Kanem, Directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour la population, et Dubravka Šuica, vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Démocratie et la Démographie.

The Global Conversation
euronewsThe Global Conversation

Isabel da Silva, euronews :Le Fonds des Nations unies pour la population vient de publier un rapport sur l'état de la population mondiale. L'Inde a dépassé la Chine en tant que pays le plus peuplé. Elle continuera à croître très rapidement. Madame la Directrice exécutive, quelles sont les autres conclusions que vous aimeriez mettre en exergue ?

Natalia Kanem, Directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour la population

Je dirais deux choses. La première est que la population mondiale est en train de se réorganiser. Nous vivons une période de grande diversité. Dans certains pays, l'âge moyen est de 50 ans, dans d'autres de 15 ans. Mais ce que je veux dire, c'est que partout, on semble tirer la sonnette d'alarme. La population mondiale est trop grande, trop petite. Les femmes prendront leurs propres décisions et nous devrions œuvrer pour leurs droits en matière de procréation.

Quand on réduit le corps des femmes à des champs de bataille politique, on nie à la moitié de la population son droit à l'autonomie corporelle. Obtenez les faits de @UNFPA #fertility #8BillionStrong : http://unf.pa/8bl

Isabel da Silva, euronews :Madame la vice-présidente, l'Union européenne ne représente que 6 % de la population mondiale et doit faire face à une tendance à la baisse, ce qui aura un impact énorme en termes de financement des systèmes de protection sociale et de retraite. Compte tenu de la colère de la population française face aux réformes dans ces domaines, quelles sont les solutions ?

Dubravka Šuica, vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Démocratie et la Démographie

Il y a plusieurs façons de trouver une solution. Tout d'abord, nous voulons utiliser notre politique de cohésion de la meilleure façon possible, afin de créer un environnement propice à l'épanouissement des familles. Ensuite, je dois mentionner l'intelligence artificielle et la robotique, qui sont très importantes et peuvent parfois remplacer les humains. Mais je ne dis pas que c'est la seule solution. La troisième est la gestion de l’immigration légale.

Nous devons rechercher des solutions climatiques
et placer la paix au centre de nos préoccupations
Natalia Kanem
Directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour la population

Isabel da Silva, euronews :Comment pouvons-nous intégrer les migrants d'une manière qui soit positive pour eux et pour nos sociétés ?

Dubravka Šuica, vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Démocratie et la Démographie

La solidarité est d'une importance capitale et nous devons la promouvoir. Et je pense que l'Europe est fondée sur la solidarité. Nous devons donc faire davantage dans ce domaine, préparer les migrants à mieux s'intégrer lorsqu'ils arrivent, que ce soit en apprenant des langues ou en acquérant d'autres expériences via la formation et l’amélioration des compétences. Vous savez que nous sommes actuellement dans l'Année européenne des compétences et que pour les deux transitions, numérique et verte, il y a de nouveaux emplois. Et il est très important d'avoir des personnes qualifiées pour ces nouveaux emplois, ces nouveaux emplois verts. C'est donc quelque chose qui doit être préparé en amont, avant que ces personnes n'arrivent dans nos Etats membres.

Isabel da Silva, euronews : Comment expliquer cette anxiété face au chiffre de huit milliards d’habitants sur la planète ?

Natalia Kanem, Directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour la population

La dynamique de la population du moment est un monde de grand mouvement. Et lorsque nous examinons la dynamique de ce qui crée ce mouvement, nous constatons qu'il y a un axe de conflit et que les gens ont le sentiment que leur microcosme n'est pas sûr. Le climat est un autre facteur qui pousse les gens à quitter l'endroit où ils se trouvent et à chercher une vie meilleure ailleurs. Nous devons donc rechercher des solutions climatiques et placer la paix au centre de nos préoccupations. Par ailleurs, c'est la première fois dans l'histoire de l'humanité qu'il existe autant de divergences. En fait, les deux tiers d'entre nous vivent dans des endroits où la population diminuera d'ici 2050. Mais un tiers d'entre nous vit dans des zones où la population augmente très rapidement. Et dans les pays en développement, de nombreuses femmes n'ont toujours pas accès à la contraception.

La question de l'égalité
entre les hommes et les femmes
est un problème majeur
dans l'Union européenne
Dubravka Šuica
Vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Démocratie et la Démographie

Isabel da Silva, euronews : Les femmes européennes sont évidemment confrontées à des défis différents, mais il existe toujours une certaine discrimination en termes de salaires et d'accès au marché du travail. Elles représentent également, je dirais, 90 % de la main-d'œuvre dans le domaine de la santé et de l'aide sociale. Lorsque nous parlons de l'autonomisation des femmes et du respect de leurs droits, que manque-t-il ?

Dubravka Šuica, vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Démocratie et la Démographie

La question de l'égalité entre les hommes et les femmes est un problème majeur dans l'Union européenne et nous devons y faire face. Huit millions de femmes européennes ne travaillent pas du tout, bien qu'elles aient une carrière, un CV. Elles ne peuvent pas travailler, car elles n'ont pas les moyens de payer une garderie ou une crèche pour leurs enfants ou une maison de retraite pour leurs parents. Il manque donc huit millions de femmes européennes sur notre marché du travail pour cette raison. Nous devons nous occuper des infrastructures et nous occuper des soignants, qui, je dois le dire, devraient être mieux considérés, mieux payés, parce que cette profession est sous-évaluée et nous devons nous en occuper.

Isabel da Silva, euronews : Mais je dirais que, peut-être, d'autres groupes sont encore négligés. Je pense aux personnes handicapées et à celles qui sont confrontées à d’autres problèmes. Parmi les personnes âgées, par exemple, certaines veulent encore travailler. Elles ont du mal à trouver un emploi ou à apporter leur contribution. Faut-il là aussi que les mentalités changent ?

Natalia Kanem, Directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour la population

C'est tout à fait exact. Et le fait est qu’avec 8 milliards de personnes, les possibilités sont infinies. Si nous posons les bonnes questions, votre imagination vous mènera à des solutions réalisables. Placer les désirs des gens, ce qu'ils veulent, au centre de la réflexion, doit faire partie de cette équation. J'ai également le sentiment que nous vivons une époque de grands changements technologiques. C'est une époque où il est possible d'utiliser de nouvelles méthodologies que nous devons inventer. Comme vous l'avez dit, comment une personne âgée, qui peut contribuer activement, peut-elle s’investir dans une structure en fonction de ses talents et de ses capacités ? Mais surtout, je pense qu'il est très important de tenir compte du désir de la jeune génération de faire passer la planète en premier, de relier tous ces points entre les objectifs de développement durable, la planète et l'avenir. Cela signifie que nous devons planifier plus intelligemment et poser de meilleures questions.

Isabel da Silva, euronews : J’en arrive à ma dernière question : cette vision sera-t-elle également une solution pour les régions socialement et économiquement déprimées en Europe ? Vous savez, il y a beaucoup de dynamique dans les zones urbaines, mais beaucoup de zones rurales dans de nombreux pays de l'Union européenne sont en train de dépérir de plusieurs façons.

Dubravka Šuica, vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Démocratie et la Démographie

C'est un point que notre présidente Ursula von der Leyen souhaitait voir figurer dans les traités : la solidarité intergénérationnelle. Nous pensons qu'elle est importante. Sans cela, nos sociétés ne seront pas justes, elles ne seront pas égales. Quand on parle de ruralité et d'urbanité, c'est une question importante. 80 % de l'Europe est géographiquement couverte par des zones rurales et seulement un tiers de notre population y vit, ce qui signifie qu'il y a un énorme potentiel dans les villages de campagne, dans les zones rurales. Il y a des investissements et des tentatives pour déployer la 5G dans les zones rurales, le haut débit, l'Internet. Sans l’internet haut débit, il est impossible d'imaginer les emplois de demain. C'est la raison pour laquelle les compétences numériques sont très importantes de nos jours. Nous encourageons donc l'apprentissage tout au long de la vie afin de rendre les personnes âgées, capables de s'adapter aux nouvelles technologies et aux nouveaux modes de vie.

À découvrir également