Soudan : les Etats-Unis et la France évacuent ressortissants et diplomates

Cette photo prise par un drone montre un avion en feu à l'aéroport international de Khartoum, au Soudan, samedi 15 avril 2023.
Cette photo prise par un drone montre un avion en feu à l'aéroport international de Khartoum, au Soudan, samedi 15 avril 2023. Tous droits réservés Maheen S via AP
Tous droits réservés Maheen S via AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les évacuations de ressortissants ont débuté ce week-end au Soudan, alors que le pays entre dans sa deuxième semaine de conflit.

PUBLICITÉ

Les Etats-Unis ont évacué au moyen d'une opération héliportée leur ambassade à Khartoum, suivis par la France dimanche alors que les combats meurtriers entre armée régulière et paramilitaires font rage depuis plus d'une semaine au Soudan.

Le pays a par ailleurs subi une panne d'internet "quasi totale", a déclaré dimanche NetBlocks, une organisation basée à Londres qui surveille l'accès au web dans le monde entier.

Les violences, qui ont éclaté le 15 avril à Khartoum et dans la région du Darfour (ouest), ont fait des centaines de morts et des milliers de blessés, selon l'Organisation mondiale de la Santé. Elles ont provoqué la fuite de milliers de personnes et entraîné la mobilisation de plusieurs pays pour évacuer leurs ressortissants.

La France a commencé une "opération d'évacuation rapide" de ses ressortissants et de son personnel diplomatique du Soudan, a annoncé dimanche le ministère des Affaires étrangères. Des ressortissants européens et venant de "pays partenaires alliés" sont également pris en charge.

Hélicoptères Chinook

Le président américain Joe Biden avait annoncé plus tôt que l'armée avait "mené une opération pour extraire le personnel du gouvernement américain de Khartoum", selon un communiqué publié tard samedi soir heure de Washington.

L'opération a fait intervenir trois hélicoptères CH-47 Chinook et permis l'évacuation d'un "peu moins d'une centaine" de personnes dont plusieurs diplomates étrangers, a précisé un haut responsable du département d'Etat, John Bass.

Il a en outre rejeté toute "coordination" avec les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR), qui se battent contre l'armée régulière soudanaise et avaient affirmé auparavant avoir "coordonné" l'opération avec les Etats-Unis.

Cette opération n'a pas concerné les autres ressortissants américains se trouvant au Soudan, qui seraient plusieurs centaines, pour lesquels une évacuation n'est pas prévue "pour le moment", selon John Bass.

Samedi, l'Arabie saoudite avait évacué du Soudan 91 citoyens saoudiens et environ 66 ressortissants de 12 autres pays vers le port de Jeddah.

Selon des témoignages recueillis par l'AFP, de fortes explosions ont secoué la capitale samedi et des échanges de tirs ont été entendus dans différents quartiers de Khartoum, dont les habitants sont privés en grande partie d'électricité et d'eau courante.

Les violences ont éclaté le 15 avril entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane,dirigeant de facto du Soudan depuis le putsch de 2021, et son adjoint devenu rival, le général Mohamed Hamdane Daglo, qui commande les Forces de soutien rapide (FSR), des paramilitaires redoutés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au Soudan, état major et FSR rejettent toute négociation

Famine au Soudan : la communauté internationale promet plus de 2 milliards d'euros d'aide

No Comment : au Soudan, déjà près de trois millions de réfugiés