La Pologne saisit le bâtiment du lycée russe à Varsovie, Moscou promet une riposte

L'ambassade de Russie en Pologne
L'ambassade de Russie en Pologne Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2018 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'établissement de l'école secondaire russe "appartiendra désormais à la mairie de Varsovie" a précisé le ministère polonais des Affaires étrangères.

PUBLICITÉ

**La Pologne a annoncé samedi avoir saisi samedi le bâtiment du lycée russe à Varsovie, un acte aussitôt qualifié d'"illégal" par la Russie qui a promis une riposte.
**

L'annonce faite par le ministère polonais des Affaires étrangères intervient un an après la saisie un ancien site diplomatique russe, pour l'offrir à l'Ukraine.

L'établissement de l'école secondaire russe "appartiendra désormais à la mairie de Varsovie", a déclaré au téléphone à l'AFP le porte-parole du ministère, Lukasz Jasina, soulignant qu'il s'agit d'une procédure de "saisine par huissier" au nom de la municipalité.

La police polonaise et d'autres services du maintien d'ordre montent la garde devant le portail du bâtiment alors qu'un camion avec une plaque diplomatique, garé à l'entrée, attend de charger différents objets évacués par le personnel technique, a constaté un photographe de l'AFP sur place.

La porte-parole de la municipalité restait injoignable samedi et aucun communiqué n'a été publié.

La police s'est bornée à dire qu'elle ne faisait qu'assister aux procédures et a refusé de faire des commentaires.

Selon des médias, les Russes doivent définitivement quitter l'endroit avant 18H00 locales (16H00 GMT).

Réaction virulente de Dmitry Medvedev

La Russie a immédiatement protesté et menacé de mesures de rétorsions.

"C'est un acte illégal, une incursion sur un site diplomatique", a déclaré son ambassadeur à Varsovie, Sergueï Andreïev, dans une vidéo diffusée par l'agence de presse russe Ria Novosti.

"Bien sûr, une réaction va suivre", a-t-il affirmé, ajoutant que la Russie allait riposter en vertu du "principe de réciprocité".

"L'école va poursuivre ses activités dans d'autres locaux de la mission diplomatique russe, on va assurer une bonne fin d'année scolaire à nos enfants et l'organisation des examens", a encore dit M. Andreïev.

"Je ne vois aucun intérêt à maintenir des relations diplomatiques avec la Pologne" a surenchéri sur Twitter l'ex-président russe, et actuel vice-président du conseil de sécurité à Moscou, Dmitry Medvedev.

"Cet État ne devrait pas exister pour nous tant qu'il y aura des russophobes absolus au pouvoir" a-t-il écrit sur le réseau social, ajoutant que l'Ukraine était "pleine de mercenaires polonais" qui devaient être "exterminés sans pitié comme des rats puants".

Vieux conflit russo-polonais sur la propriété des lieux

Dans un communiqué de mars 2022, peu après le début de l'offensive russe en Ukraine, le ministère polonais des Affaires étrangères avait annoncé que "de par leurs décisions ayant force de la loi, les tribunaux polonais ont ordonné (aux autorités de la Fédération russe, ndlr) de restituer les deux immeubles à leur propriétaire de droit, soit au Trésor de l'Etat" polonais.

Selon le ministère polonais, la Fédération russe les occupait donc "illégalement".

Le lycée russe était installé dans un bâtiment nationalisé par l'Etat polonais en 1945, puis transmis par les communistes aux autorités russes en 1953. Selon les autorités polonaises, cette opération avait été conduite "sans fondement légal".

En avril 2022, la mairie de Varsovie avait saisi un ancien site diplomatique russe, objet d'un litige juridique entre la Pologne et la Russie et surnommé par les Varsoviens le "nid d'espions", pour l'offrir à l'Ukraine qui combat les forces russes.

Il se compose de bâtiments d'une dizaine d'étages construits dans les années 1970 dans le sud de la capitale qui avaient été utilisés dans le passé par les diplomates soviétiques, puis par l'ambassade de Russie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Pologne reçoit ses premiers lance-roquettes HIMARS à déployer près de la frontière russe

À la rencontre de réfugiés, le pape prêche contre "l'indifférence" en Hongrie

Le Conseil de l'Europe qualifie la déportation d'enfants de "génocide"