Trois combattants du Hamas tués après le meurtre de trois colons israéliennes

Un véhicule militaire israélien à Naplouse en Cisjordanie, le 4 mai 2023.
Un véhicule militaire israélien à Naplouse en Cisjordanie, le 4 mai 2023. Tous droits réservés Majdi Mohammed/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Greta Ruffino avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Trois combattants palestiniens du Hamas, accusés d'avoir tué par balles trois Israélo-Britanniques en avril, ont été abattus jeudi par les forces israéliennes lors d'une incursion militaire à Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

PUBLICITÉ

Trois combattants palestiniens du Hamas, accusés d'avoir tué par balles trois Israélo-Britanniques en avril, ont été abattus jeudi par les forces israéliennes lors d'une incursion militaire à Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

Le ministère de la Santé palestinien les a identifiés comme étant Hassan Qatnani, 35 ans, Moaz Masri, 35 ans, et Ibrahim Jouri, 45 ans. Le mouvement islamiste Hamas a indiqué dans un communiqué qu'ils étaient membres de sa branche armée.

Qatnani et Masri ont "assassiné Léa (Lucy), Maia et Rina Dee le 7 avril dans une attaque par balles près de Hamra", en Cisjordanie, a de son côté indiqué le Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien.

Ils ont été tués "durant une opération conjointe du Shin Beth, de l'armée et de la police", a indiqué cette source dans un communiqué, en précisant qu'un complice avait également été tué dans les échanges de tirs.

"Pendant une heure et demie, j'ai entendu des explosions et des coups de feu", a raconté à l'AFP Reda Abou Dhair, 52 ans, un témoin ayant vu, après le raid, de la fumée sortir de la maison où se cachaient les trois hommes et dont le toit a été détruit, dans la Vieille Ville de Naplouse.

Des échauffourées ont éclaté en marge de l'opération israélienne, des jeunes Palestiniens lançant des pierres sur des véhicules militaires, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Nous vous trouverons"

Abdelatif al-Qanou, un porte-parole du Hamas, organisation au pouvoir dans la bande de Gaza mais aussi active en Cisjordanie, a assuré que "la résistance procédera(it) avec détermination" pour "venger le sang des martyrs".

Lucy Dee, 48 ans et ses filles Rina et Maia, âgées respectivement de 16 et 20 ans, habitantes de la colonie israélienne d'Efrat, près de Bethléem, avaient été tuées par balles dans le nord de la Cisjordanie le 7 avril.

L'opération israélienne "a été menée d'une façon qui n'a mis en danger ni les vies des soldats israéliens ni de civils palestiniens", a salué jeudi dans un communiqué Leo Dee, mari de Lucy et père de ses deux filles, se disant "réconforté".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a également réagi, évoquant dans un communiqué "un message à l'adresse de ceux qui nous attaquent et qui veulent nous attaquer". "Qu'importe l'endroit où vous tentez de vous cacher, nous vous trouverons", a-t-il affirmé.

Majdi Mohammed/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Les forces israéliennes sont intervenues dans une maison où trois hommes se cachaient à Naplouse en Cisjordanie, le 4 mai.Majdi Mohammed/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Bastion de groupes armés, le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, est le théâtre de violences depuis plus d'un an.

Le 22 février, 11 Palestiniens incluant des combattants avaient été tués et plus de 80 personnes blessées par balles dans un raid israélien à Naplouse, le plus meurtrier depuis 2005.

Une trêve annoncée par le jihad islamique et l'Egypte

Dans un autre incident au sud de Naplouse, dans la ville de Huwara, une Palestinienne de 26 ans ayant poignardé un soldat israélien a été abattue jeudi. Le soldat, âgé de 20 ans, a été hospitalisé dans un état modéré, d'après le Magen David Adom, l'équivalent israélien de la Croix-Rouge.

Ces développements interviennent après une flambée de violences en début de semaine entre des groupes armés de la bande de Gaza et Israël, consécutive à la mort d'un responsable du Jihad islamique palestinien, en grève de la faim dans une prison israélienne.

Un Palestinien a été tué et cinq autres blessés, dans la nuit de mardi à mercredi, dans des frappes israéliennes sur Gaza, menées en représailles à des tirs de roquettes vers le sol israélien.

Une trêve a été annoncée mercredi matin par le mouvement armé Jihad islamique et l'Egypte, un médiateur traditionnel. Israël n'a pas commenté.

Le nombre de Palestiniens tués depuis le début de l'année s'élève désormais à 106. Dix-neuf Israéliens, une Ukrainienne et un Italien ont été tués au cours de la même période, selon un décompte de l'AFP établi à partir de sources officielles israéliennes et palestiniennes.

Ces statistiques incluent, côté palestinien, des combattants et des civils parmi lesquels des mineurs, et côté israélien, en majorité des civils parmi lesquels des mineurs, et trois membres de la minorité arabe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Benjamin Netanyahu : l'armée va utiliser "toute sa puissance" pour "détruire" le Hamas

Annonce d'une trêve entre Israël et Gaza après une flambée de violence

Israël affirme avoir intercepté 99 % des drones et missiles lancés par l'Iran