Trêve entre Israël et Gaza après cinq jours de combats meurtriers

Bombardement d'un bâtiment du Djihad islamique, samedi 13 mai à Gaza
Bombardement d'un bâtiment du Djihad islamique, samedi 13 mai à Gaza Tous droits réservés Ashraf Amra/Copyright 2023, The AP. All rights reserved
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une trêve négociée par l'Egypte est entrée en vigueur samedi soir entre l'armée israélienne et des groupes armés palestiniens de Gaza après cinq jour de combats meurtriers.

PUBLICITÉ

La trêve finalement conclue samedi soir entre Israël et le Djihad islamique palestinien (JIP) à Gaza semble tenir bon après plusieurs heures sans tirs de roquettes sur le territoire israélien ni bombardements de la bande de Gaza. 

Cette trêve a été saluée par Washington dans la nuit. Le gouvernement américain en a profité pour salué le rôle diplomatique de l'Egypte dans cette politique d'apaisement.

A noter cependant qu'un dernier bombardement de l'armée israélienne sur Gaza a été enregistré vers minuit après d'ultimes lancements de roquettes palestiniennes. 

Ce dimanche matin le calme est donc revenu en Israël où les restrictions de circulation dans les zones proches de l'enclave palestinienne ont été levée , selon l'agence espagnole EFE.

D'une part, les restrictions de circulation et de rassemblement pour les Israéliens vivant à plus de 40 kilomètres de l'enclave ont été levées ce dimanche à 6 heures (heure locale) ainsi que les routes proches de la ligne de séparation avec Gaza qui avaient été fermées en raison de possibles tirs de missiles antichars.

Si la situation perdure, les mêmes mesures seront appliquées aux communautés israéliennes proches de l'enclave côtière à partir de midi, a déclaré l'armée dans un communiqué.

De son côté, le COGAT (l'organe militaire israélien qui gère les affaires civiles en territoire palestinien) a annoncé ce matin "l'ouverture progressive" du point de passage d'Erez pour les personnes et du point de passage commercial de Kerem Shalom avec Gaza, qui étaient restés fermés. L'espace maritime de la bande sera également ouvert, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Dans la bande de Gaza, la situation reste précaire : le seul générateur d'électricité était sur le point de manquer de carburant, tandis que les hôpitaux avaient du mal à faire face à la situation.

Les infrastructures de l'enclave ont subi d'importants dégâts : 100 bâtiments ont été détruits, dont de nombreuses habitations, et le seul hôpital du centre de l'enclave a été gravement endommagé.

La réouverture des points de passage frontaliers pour permettre à l'aide humanitaire d'entrer dans l'enclave est un élément clé de la situation.

Depuis mardi, l'armée israélienne est parvenue à attaquer 371 cibles du Djihad islamique, y compris des maisons de ses membres et des installations militaires, tandis que le groupe islamiste a tiré 1 234 projectiles depuis la bande de Gaza - roquettes et mortiers - dont la plupart ont atterri sur des terrains non peuplés ou ont été interceptés par le système antiaérien.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre de gangs : cinq Arabes israéliens tués dans une fusillade

À Gaza, les habitants constatent les dégâts après la trêve qui met fin à cinq jours d'hostilité

Retour au calme à Gaza après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu