Citoyens européens détenus en Iran : le dur combat des familles

Des femmes iraniennes manifestent.
Des femmes iraniennes manifestent. Tous droits réservés Martial Trezzini/AP2011
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une quinzaine de citoyens européens sont actuellement détenus en Iran. Les proches, eux, vivent dans l'inquiétude.

PUBLICITÉ

"Ma vie entière a changé lorsque ma mère a été arrêtée".

Nahid Taghavi, la mère de Mariam Claren, âgée de 68 ans, a été arrêtée en octobre 2020 par les Gardiens de la révolution islamique.

Condamnée à dix ans de prison, Nahid Taghavi a été accusée d'avoir perturbé la sécurité nationale et d'avoir diffusé de la propagande contre l'État. A visage découvert, la militante irano-allemande a consacré sa vie aux droits des femmes et des travailleurs en Iran.

Mais sa double nationalité ne l'a pas protégée. "L'Iran ne respecte pas le droit international et ne reconnaît pas la double nationalité", rappelle Raphaël Chenuil-Hazan, président de l'ONG française Ensemble Contre la Peine de Mort (ECPM).

Nahid Taghavi, dont la santé est fragile, a passé plusieurs mois à l'isolement. L'été dernier, elle a été autorisée à quitter la prison d'Evin pour recevoir un traitement médical. Mais cette autorisation a été interrompue.

Les autorités l'ont retirée de l'hôpital "juste après le discours de la chancelière allemande condamnant les violations des droits de l'homme en République islamique d'Iran", raconte sa fille. "Vous voyez, il y a toujours un lien entre les actions de l'Iran et de l'Allemagne. La réaction est toujours de punir les prisonniers".

"J'ai honte car je ne me souciais pas des violations des droits de l'homme en Iran avant l'arrestation de ma mère. Ma bulle a soudainement éclaté", dit Claren, qui a grandi en Allemagne et est depuis devenue militante.

Selon Thierry Coville, expert en relations internationales, l'Iran utilise régulièrement les doubles nationaux et les Européens comme monnaie d'échange. "Ils sont convaincus qu'il ne sert à rien de négocier d'égal à égal. Qu'il n'y a aucun intérêt à une diplomatie traditionnelle avec l'Occident, l'Union européenne ou les Etats-Unis".

Les familles des condamnés à mort

Ahmadreza Jalali, qui possède la double nationalité suédoise et iranienne, a été arrêté par les autorités iraniennes en 2016.

Accusé d'espionnage et condamné à mort par la République islamique d'Iran, M. Jalali s'était rendu à Téhéran pour assister à une conférence universitaire.

Les enfants du couple étaient âgés de 4 et 13 ans au moment de son arrestation. Ils ont aujourd'hui respectivement 20 et 11 ans. "Pour notre famille, c'est un cauchemar et nous ne savons pas quand cela finira", explique son épouse Vida Mehrannia.

Ahmadreza Jalali n'est pas le premier Irano-Suédois à attendre une condamnation à mort. Début mai, Habib Chaab, qui possède également la double nationalité a été exécuté. Accusé d'avoir organisé un attentat contre un défilé militaire en 2018, Habib Chaab vivait en Suède depuis plus de dix ans lorsqu'il a été enlevé par des agents iraniens en Turquie en 2020.

Son exécution a été "fermement condamnée" par Josep Borrell, le haut représentant de l'UE, dans une déclaration publiée le 6 mai.

Des condamnations qui n'ont pas satisfait la famille de Ahmadreza Jalali, dont la détresse a été considérablement amplifiée par la nouvelle. 

"C'était horrible d'apprendre son exécution. Nous sommes très nerveux et stressés à l'idée de ce qui va arriver à mon mari. La date de sa condamnation a été fixée quatre fois, mais elle n'a toujours pas été respectée."

Bien que de nombreux prisonniers politiques européens aient été arrêtés avant la dernière vague de troubles politiques en Iran, déclenchée par la mort de la jeune Mahsa Amini en septembre dernier, cela a influencé les taux d'exécution. Selon l'ONG française Ensemble Contre la Peine de Mort, le nombre d'exécutions a augmenté de 75 % en 2022.

Vida Mehrannia n'a pas parlé à son mari pendant deux ans et demi, alors qu'il passait de longues périodes à l'isolement. Cependant, elle peut maintenant le contacter régulièrement pour de brefs appels téléphoniques.

Selon elle, son mari s'est vu promettre une libération en échange de ses aveux à la télévision d'État iranienne : "Ils lui ont dit que s'il ne faisait pas ces aveux, sa famille serait en danger en Suède. Ils lui ont dit quoi dire".

PUBLICITÉ

Au fil des années, son espoir s'amenuise : "Au début, j'avais beaucoup d'espoir. Mais beaucoup de temps s'est écoulé et j'ai des hauts et des bas. Je n'arrive pas à croire que nous devons continuer à vivre avec ça tous les jours".

De nombreux prisonniers politiques iraniens ainsi que des Européens sont incarcérés à la prison d'Evin, à Téhéran.

Vida Mehrannia explique que la communication avec d'autres familles de détenus a été essentielle pour faire face à la situation : "Nous faisons partie d'un groupe Whatsapp, où nous échangeons des informations sur l'évolution de la situation."

Mais cela lui rappelle cruellement la gravité de la situation : "Nous ne pouvons pas comparer, chaque cas est différent. Certains sont condamnés à cinq ou dix ans de prison, mais mon mari est condamné à mort."

Ceux qui s'en sont sortis

Cependant, pour certains Iraniens exilés, l'Europe est désormais leur patrie. C'est le cas de Massoumeh Raouf.

PUBLICITÉ

Elle n'avait que 20 ans lorsqu'elle a été arrêtée dans la rue en septembre 1981. Accusée de collaborer avec les organisations moudjahidines, elle a raconté à Euronews avoir été condamnée à "20 ans de prison, au cours d'un simulacre de procès de dix minutes, par un juge appliquant la charia".

Après huit mois d'emprisonnement, elle a réussi à s'échapper et s'est exilée politiquement en France dans les années 1980. Elle a poursuivi son combat pour la justice iranienne depuis l'étranger, au sein du Conseil national de la résistance iranienne. "Je suis reconnaissante à la France de m'avoir donné la chance de venir ici."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le ressortissant suédois détenu en Iran est un diplomate de l'UE

Deux hommes pendus en Iran, pour blasphème

Iran : un dissident irano-suédois exécuté après sa condamnation à mort pour "terrorisme"