PUBLICITÉ

Barrage de Kakhovka : les évacuations continuent, Zelensky demande l'aide internationale

Des secouristes dans la région de Kherson.
Des secouristes dans la région de Kherson. Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Ukraine et les forces d'occupation russes continuent l'évacuation des civils des zones inondées après la destruction la veille dans une zone sous contrôle russe du barrage de Kakhovka (sud) sur le fleuve Dniepr, qui fait craindre une catastrophe humanitaire et écologique.

PUBLICITÉ

Les deux camps se rejettent la responsabilité de la destruction du barrage. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui avait accusé dès mardi la Russie de l'avoir miné et de l'avoir fait exploser, barrant de facto la route à une contre-offensive de ses troupes dans cette zone du sud du pays, a répété mercredi dans un entretien avec son homologue français Emmanuel Macron qu'il s'agissait d'un "acte terroriste russe".Le président russe Vladimir Poutine a affirmé pour sa part mercredi qu'il s'agissait d'"un acte barbare" à imputer à Kiev.

A Kherson, ville située à 70 km en aval du barrage de Kakhovka, les évacuations se poursuivaient mercredi sous la pression du fleuve tout proche. Dans les rues du centre, l'eau arrive à la taille et en contrebas au bord du Dniepr, c'est de cinq mètres qu'elle est montée.

A Tchornobaïvka, la banlieue ouest de Kherson, la plus éloignée du fleuve Dniepr, une rivière s'est formée avec la montée des eaux, large de plusieurs centaines de mètres. "L'eau monte (...) de deux centimètres toutes les demi-heures", a indiqué à l'AFP Laura Moussiïane, du centre météorologique de Kherson.

Selon le ministre ukrainien de l'Intérieur, Igor Klymenko, 1894 personnes ont été évacuées des zones sous contrôle ukrainien, où ont été mobilisés plus de 1600 sauveteurs et policiers. Selon lui, 30 localités ont été inondées dont 10 actuellement sous contrôle russe. Les autorités ukrainiennes vont devoir évacuer "plus de 17 000" civils, avait indiqué mardi le procureur général Andriï Kostine.

Côté russe, les autorités ont évacué "plus de 4000 personnes" et l'état d'urgence a été décrété dans la partie de la région de Kherson contrôlée par Moscou. Un nombre inconnu de civils ont également quitté les zones inondées des deux côtés par leurs propres moyens.

"Acte odieux"

Le président français Emmanuel Macron a condamné un "acte odieux qui met en danger les populations", après son entretien téléphonique avec Volodymyr Zelensky. Il a annoncé l'envoi, "dans les toutes prochaines heures", d'une "aide pour répondre aux besoins immédiats" de l'Ukraine face à cette catastrophe.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a annoncé une réunion de coordination des secours jeudi, avec le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba en visioconférence, après la "destruction scandaleuse" du barrage de Kakhovka.

Londres est de son côté dans l'attente, pour commenter davantage, de "tous les éléments disponibles", a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, qui avait souligné la veille que le cas échéant un tel acte constituerait un "crime de guerre".

La Maison Blanche, tout en indiquant manquer elle aussi d'informations à ce stade, et redouter "de nombreux morts", avait également souligné mardi "que la destruction délibérée d'infrastructures civiles n'est pas autorisée par le droit de la guerre".

La Chine a exprimé sa "vive préoccupation", et Recep Tayyip Erdogan a suggéré la création d'une commission d'enquête internationale.

Lors d'un appel avec son homologue turc, Volodymyr Zelensky a dit mercredi avoir évoqué "les conséquences humanitaires et environnementales" de la destruction du barrage.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Moscou tente d'avancer au-delà d'Avdiivka

Un mort et un blessé dans des bombardements russes à Kherson

Ukraine : des civils tués après de nouvelles frappes russes