PUBLICITÉ

La Russie entamera le déploiement d'armes nucléaires au Bélarus en juillet

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko, 9 juin 2023.
Le président russe Vladimir Poutine et son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko, 9 juin 2023. Tous droits réservés Pavel Bednyakov/Copyright 2023 Sputnik
Tous droits réservés Pavel Bednyakov/Copyright 2023 Sputnik
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ce déploiement devrait débuter juste avant un sommet de l'Otan prévu les 11 et 12 juillet en Lituanie, pays frontalier du Bélarus, lors duquel la candidature de l'Ukraine sera au coeur des discussions.

PUBLICITÉ

La Russie commencera à déployer des ogives nucléaires au Bélarus en juillet, a déclaré vendredi Vladimir Poutine, semblant contredire son allié Alexandre Loukachenko qui avait annoncé le mois dernier que ce transfert avait déjà débuté.

"Comme vous le savez, l'aménagement des installations (accueillant les armes nucléaires) sera achevé le 7 ou 8 juillet, et nous prendrons immédiatement les mesures liées au déploiement des armes en question sur votre territoire", a déclaré M. Poutine lors d'un entretien avec son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko à Sotchi (sud-ouest de la Russie).

"Tout se déroule selon le plan", a ajouté le président russe lors de cet échange dont une partie a été retransmise en direct à la télévision.

Ce déploiement devrait donc débuter juste avant un sommet de l'Otan prévu les 11 et 12 juillet en Lituanie, pays frontalier du Bélarus, lors duquel la candidature de l'Ukraine sera au coeur des discussions.

M. Poutine avait annoncé le 25 mars que Moscou allait déployer des armes nucléaires "tactiques" sur le territoire du Bélarus, un pays situé aux portes de l'Union européenne, nourrissant la crainte d'une escalade du conflit en Ukraine.

Les armements nucléaires dits "tactiques" peuvent provoquer d'immenses dégâts, mais leur rayon de destruction est plus limité que celui d'armes nucléaires "stratégiques".

L'annonce avait suscité des critiques de la communauté internationale, les Occidentaux en particulier, d'autant que le dirigeant russe a depuis le début de son assaut contre son voisin ukrainien en février 2022 évoqué la possibilité d'un recours à l'arme atomique.

Début avril, la Russie avait indiqué avoir commencé à former les militaires bélarusses à l'utilisation d'armes nucléaires "tactiques".

Fin mai, M. Loukachenko avait affirmé que le transfert des armes nucléaires russes au Bélarus avait déjà commencé.

"Le transfert des charges nucléaires a commencé, ça a déjà commencé", avait-il affirmé.

Le Bélarus n'est pas directement engagé sur le terrain en Ukraine mais a prêté son territoire à l'armée russe pour qu'elle puisse lancer son assaut en février 2022.

Après sa réélection vivement contestée en 2020, M. Loukachenko, au pouvoir depuis près de trois décennies, s'est considérablement rapproché de Moscou, qui apporte un soutien financier, diplomatique et militaire à son régime.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Poutine supervise des tirs d'essai de missiles visant à simuler une frappe nucléaire

À Zaporijjia, les signes d'une contre-offensive ukrainienne

Guerre en Ukraine : la situation au 8 juin 2023, cartes à l'appui