EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Guerre en Ukraine : le réservoir de Kakhovka se vide inexorablement après la destruction du barrage

Un soldat ukrainien programme un drone pour détecter les mines dans la région du barrage de Kakhovka.
Un soldat ukrainien programme un drone pour détecter les mines dans la région du barrage de Kakhovka. Tous droits réservés OLEKSII FILIPPOV/AFP or licensors
Tous droits réservés OLEKSII FILIPPOV/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En amont, l'eau douce laisse place à une étendue de boue odorante, redessinant toute une région.

PUBLICITÉ

La destruction du barrage hydroélectrique de Kakhovka a causé des dégâts estimés à 1,2 milliard d'euros selon les autorités ukrainiennes. Jusqu'à présent, 52 personnes ont été tuées, et plus de 11 000 autres ont dû être évacuées en raison des inondations.

Les eaux se retirent petit à petit, et laissent place à une couche épaisse de boue et de détritus. Les habitants attendent toujours l'aide des secouristes pour se déplacer.

"Nous pouvons marcher maintenant. Sans exagérer, c'était une couche de boue. J'ai un appartement à l'étage supérieur, avec ma retraite, pour ne alourdir les gens" se plaint un habitant de Kakhovka.

Des volontaires de tout le pays viennent en aide aux habitants des localités inondées, et apportent l'aide humanitaire : nourriture, vêtements, médicaments...

Pour les agriculteurs, la destruction du barrage représente un autre danger: des dizaines de mines antipersonnel russes ont été dispersées par la crue. Le déblaiement des terres agricoles est désomais effectué par des drônes dirigées par des équipes de déminages.

"Il y avait tellement de hautes herbes ici qu'on ne voyait pas les mines. Ce champ a été totalement miné sur deux kilomètres" explique un agriculteur.

Les agriculteurs de la région se demandent comment irriguer leurs cultures. Car sans le réservoir de Kakhovka, les canaux d'irrigation seront à sec. Au total, entre 1,5 et 2 millions de tonnes de céréales sont désormais "à risque". La reconstruction du barrage pourrait prendre plus de 10 ans, selon les autorités locales.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Faut-il réparer le réservoir de Kakhovka et la centrale hydroélectrique ?

Reconstruction de l'Ukraine : les alliés de Kyiv intensifient leur aide financière

Contre-offensive : Volodymyr Zelensky évoque des progrès "plus lents que souhaités"