Prigojine finalement poursuivi, Choïgou maintenu à la défense, le Kremlin veut reprendre la main

Sergueï Shoïgu.
Sergueï Shoïgu. Tous droits réservés AP/Russian Defense Ministry Press Service
Tous droits réservés AP/Russian Defense Ministry Press Service
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Russie s'efforce lundi d'afficher un retour à la normale en affirmant son autorité.

PUBLICITÉ

La Russie s'efforce lundi d'afficher un retour à la normale avec la levée des mesures de sécurité instaurées pendant le soulèvement du groupe Wagner, une crise sans précédent qui révèle pour les Occidentaux la fragilité du régime de Vladimir Poutine.

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, qui s'était volatilisé pendant la rébellion du patron de Wagner Evguéni Prigojine dont il est la bête noire, est réapparu lundi à la télévision dans une vidéo le montrant en train d'inspecter des militaires en Ukraine.

Et les autorités ont annoncé la fin du "régime d'opération antiterroriste", qui confère des pouvoirs élargis aux forces de sécurité, dans la région de Moscou et celle de Voronej, au sud de la capitale, où des unités de Wagner étaient entrées et où des échanges de tirs ont eu lieu.

Le président Vladimir Poutine n'est lui pas réapparu en public depuis une allocution télévisée samedi.

Le patron de Wagner a mis fin à sa rébellion samedi soir, en échange d'une immunité pour lui et ses hommes après une médiation du président bélarusse. Mais lundi, les agences de presse russes ont toutes annoncé que l'enquête criminelle visant le chef du groupe paramilitaire pour "appel à la mutinerie armée" était toujours en cours.

Le mystère était total quant à l'endroit où se trouve Evguéni Prigojine, qui n'a plus communiqué depuis samedi soir et alors que, selon le Kremlin, il doit s'exiler au Bélarus, ce que l'intéressé n'a pas confirmé.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vladimir Poutine : "le chantage" et "la déstabilisation" sont "voués à l'échec"

Malgré la rébellion, Wagner va continuer ses opérations au Mali et en Centrafrique (Lavrov)

Russie : un remaniement parmi les proches de Vladimir Poutine