EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Vladimir Poutine : "le chantage" et "la déstabilisation" sont "voués à l'échec"

Vladimir Poutine
Vladimir Poutine Tous droits réservés Mikhail Klimentyev/Sputnik
Tous droits réservés Mikhail Klimentyev/Sputnik
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans un bref discours télévisé ce lundi soir, Vladimir Poutine a rendu hommage aux Russes et aux soldats de Wagner qui ont permis d'éviter un bain de sang, deux jours après la rébellion avortée d'Evgueni Prigojine.

PUBLICITÉ

Lors d'une adresse télévisée, Vladimir Poutine est revenu sur ce qu'il s'est passé en fin de semaine en Russie. 

Le président russe a d'abord remercié "quasiment toute la société russe" qui s'est montrée "unie" par la "responsabilité, pour la patrie" durant la mutinerie des soldats de Wagner. 

Le président russe a aussi remercié "la plupart des combattants de Wagner" d'avoir renoncé à un "bain de sang". Ce sont "des patriotes fidèles à leur peuple", a-t-il dit. Ces derniers auraient été "utilisés contre leurs frères d'armes".

"Je remercie les soldats et les combattants de Wagner qui ont pris la décision d'arrêter, qui n'ont pas permis le bain de sang", a déclaré le président.

Les soldats de Wagner ont désormais "la possibilité de continuer à servir la Russie, en signant le contrat avec le ministère de la Défense"

C'est en partie en raison de ce contrat d'intégration que les forces de Wagner se sont rebellées.

Cette rébellion était quoiqu'il en soit "vouée à l'échec", a déclaré V. Poutine. 

"N'importe quel chantage, tentative de déstabilisation sont vouées à l'échec", a martelé le président russe. 

"Quasiment toute la société russe a été unie (...) pour la patrie. Toutes les décisions ont été prises pour neutraliser le danger, protéger l'ordre constitutionnel et la vie de nos concitoyens."

"La rébellion aurait été maîtrisée", a affirmé le chef du Kremlin.

Le président russe a également condamné les organisateurs de cette mutinerie. "Ceux qui ont fait ce pas criminel pour diviser le pays (...) ce sont les ennemis de la Russie qui voulaient "que les soldats russes s'entretuent".

Vladimir Poutine n'a pas cité expressément Evgueni Prigojine. Il a cependant déclaré que les chefs de Wagner pouvaient quitter la Russie. 

Selon Vladimir poutine, l'Occident et l'Ukraine voulaient "une telle issue fratricide".

Ce lundi soir également_,_ le président russe a remercié lundi les responsables de la sécurité de l'Etat pour leur travail lors de la rébellion armée avortée du groupe Wagner.

"Je vous ait réuni pour vous remercier du travail accompli pendant ces quelques jours et pour discuter de la situation", a déclaré M. Poutine lors de cette réunion qui s'est tenue en présence du ministre de la Défense Sergueï Choïgou mais en l'absence du chef d'état-major Valéri Guerassimov, les deux ennemis déclarés du chef de Wagner, Evguéni Prigojine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pour Prigojine, l'objectif de la révolte était de sauver son groupe, pas de renverser le régime

Prigojine finalement poursuivi, Choïgou maintenu à la défense, le Kremlin veut reprendre la main

Poutine menace de livrer aussi des missiles "à d'autres" pays pour frapper l'Occident