PUBLICITÉ

Le président ukrainien dénonce l'"indécision" de l'Otan qui encourage "la terreur" russe

Le président ukrainien (archive)
Le président ukrainien (archive) Tous droits réservés Francisco Seco/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Francisco Seco/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que l'Otan s'apprête à accueillir la Suède comme nouvel Etat membre, Volodymyr Zelensky a fustigé l'Alliance dans un tweet. Moscou annonce déjà des "contre-mesures".

PUBLICITÉ

Le président ukrainien est arrivé mardi à Vilnius, capitale lituanienne, située à 35 kilomètres de la frontière du Bélarus, pour participer au sommet de l'Otan consacré notamment à la volonté de son pays de rejoindre l'Alliance.

"Il a atterri", a indiqué son porte-parole Serguiï Nykyforov. Plus tôt dans la journée, Volodymyr Zelensky a dénoncé "l'indécision" et "la faiblesse" de l'Otan, dont les hésitations sur l'adhésion de l'Ukraine encouragent, selon lui, la "terreur" russe contre son pays.

"Il semble qu'il n'y ait aucune volonté ni de donner à l'Ukraine une invitation à l'Otan, ni d'en faire un membre de l'Alliance", a déclaré M. Zelensky sur Twitter. Il a jugé "absurde" que son pays n'ait pas de calendrier d'adhésion.

Déception en Ukraine et menaces en Russie

Alors que l'Otan doit entériner l'entrée de la Suède au sein de l'Alliance (après le déblocage turc et hongrois) le porte-parole du Kremlin a fait savoir que cette adhésion suédoise aura des "conséquences négatives" pour la sécurité de la Russie. Dmitri Peskov, a ajouté que la Russie prendra des mesures "prévues et planifiées" en réponse.

Le Kremlin a également dénoncé le "fort caractère antirusse" de la réunion de l'Otan.

"Il s'agit sans ambiguïté d'un sommet de l'Alliance qui a un caractère antirusse fortement prononcé. La Russie est perçue comme un ennemi, un adversaire, et c'est dans cette optique que les discussions se dérouleront", a déclaré aux journalistes le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

La France livre des missiles de longue portée

De son côté, la France a fourni à l'Ukraine ses premiers missiles de longue portée SCALP, dont le président français Emmanuel Macron a annoncé la livraison mardi.

"Les premiers missiles ont été livrés en même temps que notre président l'annonçait", a indiqué une source militaire française en marge du sommet de l'Otan à Vilnius.

Le Kremlin a aussitôt répliqué que la livraison de ces missiles était une "erreur" et que la Russie allait devoir prendre des "contre-mesures" dans le conflit en Ukraine.

Paris n'a fourni aucune précision sur le nombre de missiles qui ont déjà été ou seront livrés, alors que ses stocks sont estimés à "moins de 400" selon le magazine spécialisé Défense et Sécurité Internationale.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi est-il si difficile de remplacer Jens Stoltenberg à la tête de l’OTAN ?

Suspects arrêtés en Pologne après l'agression d'un opposant russe en Lituanie

Lituanie : le pays célèbre son 20ème anniversaire de l'adhésion à l'OTAN