EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Le président turc Erdogan donne son feu vert à l'adhésion de la Suède à l'Otan

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, au centre, s'entretient avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, et le Premier ministre suédois Ulf Kristersson
Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, au centre, s'entretient avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, et le Premier ministre suédois Ulf Kristersson Tous droits réservés Yves Herman/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Yves Herman/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Turquie a donné son accord lundi à l'adhésion de la Suède à l'Otan, une "journée historique" qui permet aux Alliés de mettre en avant leur unité au cours d'un sommet centré sur le soutien à l'Ukraine, près de 18 mois après le début de l'offensive russe.

PUBLICITÉ

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, réélu fin mai pour cinq ans, a accepté de transmettre le protocole d'adhésion de la Suède au Parlement turc "dès que possible", s'est réjoui le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, depuis Vilnius, en Lituanie.

"Finaliser l'adhésion de la Suède à l'Otan est une étape historique qui bénéficie à la sécurité de tous les alliés de l'Otan en cette période critique. Elle nous rend tous plus forts et plus en sécurité", a-t-il lancé.

Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson a salué "un bon jour" pour son pays et un "très grand pas".

Nouvelle condition du président turc

Le parallèle avec le précédent sommet de l'Alliance atlantique à Madrid, il y a un an, est frappant. A l'époque, déjà, il avait fallu des heures de négociations pour arracher au chef de l'Etat turc un soutien à l'invitation initiale à Stockholm.

En début de journée, pourtant, M. Erdogan avait jeté un froid sur les perspectives d'un règlement rapide de cette question, en liant l'adhésion de la Suède à l'Otan à celle - au point mort depuis plusieurs années - de la Turquie à l'Union européenne.

Une rencontre avec le président du Conseil européen Charles Michel avait laissé entrevoir une éclaircie, ce dernier évoquant, dans un tweet, leur volonté commune de "redynamiser" les relations Turquie-UE.

M. Stoltenberg a aussi dit que la Suède avait accepté de "soutenir activement" les efforts visant à redynamiser le processus d'adhésion de la Turquie à l'UE et de contribuer à la modernisation de l'accord d'union douanière UE-Turquie et à la libéralisation des visas.

La Hongrie doit elle aussi encore approuver l'adhésion, mais son Premier ministre Viktor Orban s'est engagé à ne pas être le dernier à faire le pas, laissant entendre qu'il pourrait agir rapidement.

Soulignant qu'il était "impatient" d'accueillir la Suède comme 32e Etat membre de l'Otan, le président américain Joe Biden s'est dit prêt à travailler avec le président Erdogan "au renforcement de la défense et de la dissuasion dans la zone euro-atlantique".

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a salué les "bonnes nouvelles en provenance de Vilnius".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Troubles économiques et flambée des prix : quelle est l'ampleur de la pauvreté en Turquie ?

Le sommet de l'Otan va "réaffirmer" que l'Ukraine deviendra membre de l'Alliance

Recep Tayyip Erdoğan remercie Pedro Sánchez pour sa position sur Gaza