Berlin : la lionne était en fait un sanglier

Une équipe de police, accompagnée de vétérinaires et de chasseurs, inspecte les quartiers du Sud de Berlin et de Potsdam
Une équipe de police, accompagnée de vétérinaires et de chasseurs, inspecte les quartiers du Sud de Berlin et de Potsdam Tous droits réservés Annette Riedl/dpa via AP
Tous droits réservés Annette Riedl/dpa via AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Et la lionne redevint sanglier : après plus de 24 heures de traque fébrile près de Berlin, les autorités ont levé l'alerte vendredi devant l'évidence qu'aucun fauve ne rôdait dans les banlieues cossues de la capitale.

PUBLICITÉ

Et la lionne redevint sanglier : après plus de 24 heures de traque fébrile près de Berlin, les autorités ont levé l'alerte vendredi devant l'évidence qu'aucun fauve ne rôdait dans les banlieues cossues de la capitale. "Il ne s'agit pas d'une lionne", a pu asséner à la mi-journée le maire de Kleinmachnow, où la bête avait été signalée dans la nuit de mercredi à jeudi.

Après le témoignage et la vidéo tournée par des passants, c'est avec la même assurance que police et pompiers avaient affirmé qu'une lionne se promenait dans les quartiers résidentiels du sud-ouest de la capitale allemande. Une chasse au fauve s'était alors engagée, suivie par tout le pays, et mobilisant des moyens considérables : plus de 200 policiers, des chasseurs, hélicoptères, drones et caméras thermiques.

Des rugissements entendus

Le tout était accompagné d'appels à la prudence pour la population, qui tanguait entre incrédulité et panique, tout en gardant enfermés ses animaux domestiques. Mais les signalements des habitants ces dernières, dont certains affirmant avoir entendu des rugissements, "n'ont mené nulle part", a expliqué Michael Grubert, le maire de Kleinmachow, situé au sud-ouest de Berlin."Il n'y a pas de situation de danger", a-t-il martelé à plusieurs reprises, en annonçant, aux côtés de la police, la fin du dispositif de recherche.

Des experts indépendants, dont un "d'Afrique du Sud" ont analysé la vidéo, de mauvaise qualité, et sont parvenus à la conclusion qu'"il s'agissait probablement d'un sanglier". Outre le film tourné cette nuit-là, des policiers avaient ensuite également dit avoir vu l'animal, dans une zone où pullulent hardes de sangliers, cervidés et autres renards.

Or, après analyse des images par des spécialistes, le dos, la musculature, les pattes, la queue de l'animal filmé ne correspondent pas à la morphologie d'une lionne, ont expliqué les autorités, croquis à l'appui.

Interrogation des experts

Aucun parc animalier, zoo ou cirque n'avait signalé de disparition, selon la police, qui s'était également assurée que les deux douzaines de lions enregistrés dans le Land de Brandebourg, qui entoure Berlin, n'avaient pas échappé à leur propriétaire.

Plusieurs experts avaient rapidement émis des doutes sur cette alerte à la lionne. L'expert de la faune berlinoise Derk Ehlert s'était étonné de l'absence de toute trace de la bête depuis jeudi matin. "Une lionne ne disparaît pas simplement dans les airs", avait-il déclaré à la radio publique RBB.

Avec d'autres spécialistes, il avait relevé la queue relativement courte de la créature dans la vidéo ainsi que ses grandes oreilles. "Si ça c'est un lion, j'en mange mon chapeau". "L'animal est bien trop fluet et trop petit", avait affirmé le directeur d'un cirque des environs de Berlin, Michel Rogall.

Ce n'était pas la première fois que les Allemands étaient sur le qui-vive pour des escapades d'animaux sauvages. En mai, les habitants de la ville d'Erfurt, dans le centre du pays, ont été secoués par la vue d'un kangourou sautant sur une route très fréquentée après s'être échappé d'une propriété privée.

En 2019, il a fallu plusieurs jours pour qu'un cobra mortel soit repris dans la ville de Herne, où les habitants avaient été invités à garder leurs fenêtres fermées et à éviter les hautes herbes. En 2016, des gardiens de zoo allemands ont dû abattre un lion qui s'était échappé de son enclos dans la ville de Leipzig, à l'est de l'Allemagne, et qu'un tranquillisant n'avait pas réussi à arrêter.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une progression des violences politiques en Europe

Le Parlement allemand débat sur la hausse de la violence politique

Comment relancer le moteur franco-allemand ?