EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Kyiv et Ankara discutent de la poursuite des exportations des céréales ukrainiennes en mer Noire

Odessa après les frappes russes du jeudi 20 juillet 2023
Odessa après les frappes russes du jeudi 20 juillet 2023 Tous droits réservés Libkos/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Libkos/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Kyiv et Ankara discutent de la poursuite des exports de céréales ukrainiennes. Les Nations Unies estiment que le retrait russe de l'accord céréalier peut avoir des conséquences globales.

PUBLICITÉ

Volodymyr Zelensky s'est entretenu vendredi avec son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan pour discuter de la poursuite des exports de céréales ukrainiennes.

Le président ukrainien affirme que le retrait de la Russie de l'accord de la mer Noire pourrait entraîner une crise alimentaire mondiale, et que 400 millions de personnes risquaient de mourir de faim.

Plusieurs responsables des Nations Unies ont fait part de leurs inquiétudes sur la fin de l'accord céréalier, et des récentes attaques russes sur les ports ukrainiens d'Odessa et de Mykolaïv.

"La confirmation lundi que la Fédération de Russie se retirait de l'Initiative de la mer Noire a été extrêmement décevante pour nous tous" a déclaré Martin Griffiths, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires desNations Unies.

Sa collègue, Rosemary DiCarlo, Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques, a ajouté : "la nouvelle vague d'attaques contre les ports ukrainiens risque d'avoir des impacts considérables sur la sécurité alimentaire mondiale, en particulier dans les pays en développement."

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères a quant à lui a déclaré que le couloir humanitaire céréalier de la mer Noire était utilisé par la partie ukrainienne pour organiser des "attaques terroristes" sur le pont de Crimée... Des propos qu'il justifie en citant le Président ukrainien, qui affirmait que cette construction était cruciale pour la ligistique militaire russe, et devait donc être neutralisée.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les pays d'Europe de l'Est font pression pour que les interdictions sur les céréales ukrainiennes soient prolongées jusqu'à la fin de l'année

Vives tensions entre Varsovie, Minsk et Moscou : des chars polonais à la frontière avec le Bélarus

L'Ukraine lutte pour réparer ses centrales électriques endommagées