Les pays d'Europe de l'Est font pression pour que les interdictions sur les céréales ukrainiennes soient prolongées jusqu'à la fin de l'année

L'Ukraine est l'un des principaux producteurs mondiaux de blé et de maïs, dont dépendent des dizaines de pays à faible revenu.
L'Ukraine est l'un des principaux producteurs mondiaux de blé et de maïs, dont dépendent des dizaines de pays à faible revenu. Tous droits réservés Efrem Lukatsky/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Efrem Lukatsky/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Jorge LiboreiroYolaine de Kerchove (traduction)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

La controverse sur les importations en franchise de droits de douane de céréales ukrainiennes dans l'Union européenne est de nouveau à l'ordre du jour.

PUBLICITÉ

La Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, la Roumanie et la Bulgarie ont présenté une demande commune de prolongation des interdictions temporaires frappant les céréales ukrainiennes jusqu'à la fin de l'année, même si Bruxelles a insisté sur le fait que les mesures seraient définitivement supprimées d'ici au 15 septembre.

En vertu de ces interdictions, le blé, le maïs, le colza et les graines de tournesol en provenance d'Ukraine peuvent transiter par les cinq pays d'Europe de l'Est, mais ne peuvent rester sur leurs marchés à des fins de consommation intérieure ou de stockage.

La coalition de l'Est estime que cette liste de produits ciblés devrait "rester ouverte" et éventuellement couvrir des produits "autres que les céréales et les oléagineux", ce que la Commission européenne avait précédemment exclu.

"Si la mesure préventive n'est pas étendue, cela aura un impact profond dans les Etats membres de première ligne sur les prix et la capacité de stockage, ce qui est essentiel pour la récolte des céréales", ont écrit les pays dans un document commun.

L'idée a été discutée mardi lors d'une réunion des ministres de l'Agriculture et de la Pêche de l'UE à Bruxelles, au cours de laquelle des avis divergents ont été exprimés.

"Les importations en provenance d'Ukraine ont provoqué une chute des prix des céréales et des oléagineux, entraînant ainsi des pertes importantes pour les agriculteurs roumains qui se trouvent dans la situation très difficile de vendre leurs produits à des prix inférieurs aux coûts de production", a déclaré Florin-Ionuț Barbu, ministre roumain de l'Agriculture et du Développement rural.

"Malheureusement, l'aide accordée reste faible par rapport aux pertes subies par les producteurs et ne résout que partiellement cette situation difficile."

Son homologue français, Marc Fesneau, a mis en garde contre la tentation de "faire cavalier seul" et a souligné la nécessité d'agir collectivement pour trouver des "solutions intelligentes" fondées sur des données économiques. La France fait partie des pays qui ont exprimé leur mécontentement à l'égard des interdictions de transit et de leur impact sur le marché unique.

"Nous réexaminons la question tous les trois mois. Personnellement, je souhaiterais que la Commission adopte une stratégie à plus moyen terme", a déclaré M. Fesneau avant la réunion à Bruxelles, "Nous ne pouvons pas nous contenter d'accompagner les crises au fur et à mesure qu'elles se présentent".

Pendant ce temps, la Lituanie a dévoilé sa propre proposition : un plan visant à renforcer la route de la Baltique en simplifiant les procédures administratives à la frontière polono-ukrainienne et en dédouanant directement au port de Klaipėda afin de gagner du temps et d'augmenter la capacité de fret.

"L'infrastructure de la Baltique peut devenir une voie de transit viable et fiable pour les produits ukrainiens. Les ports maritimes de la Baltique ont une grande capacité de traitement des produits agricoles, soit 25 millions de tonnes par an rien que pour les céréales",a déclaré le gouvernement lituanien dans une lettre adressée à la Commission européenne.

À la fin de la réunion de mardi, Janusz Wojciechowski, commissaire européen chargé de l'Agriculture, a exprimé son soutien à la proposition lituanienne, tout en précisant qu'elle nécessiterait des fonds supplémentaires pour fonctionner. Sur la question des céréales ukrainiennes, M. Wojciechowski a déclaré que l'exécutif présenterait une analyse du marché avant la mi-septembre, avec la possibilité d'examiner la volaille et les fruits, deux produits qui inquiètent la Pologne.

"Il y a des positions différentes mais il y a une bonne compréhension de la gravité de la situation", a déclaré M. Wojciechowski.

Les céréales attaquées

Ce nouveau débat a été provoqué par la décision du président russe Vladimir Poutine, la semaine dernière, de se retirer du corridor de la mer Noire et de lancer une campagne brutale de frappes contre les terminaux céréaliers et les ports maritimes de l'Ukraine.

L'année dernière, l'accord de la mer Noire, une initiative soutenue par les Nations unies et la Turquie, a permis le transport de 33 millions de tonnes de céréales et de denrées alimentaires de l'Ukraine vers des pays du monde entier, y compris des pays à faible revenu comme le Bangladesh, l'Égypte, la Tunisie, la Libye, l'Éthiopie, le Yémen, l'Afghanistan et le Soudan.

L'effondrement brutal de cette route commerciale, dont le fonctionnement était devenu de plus en plus précaire en raison des spéculations sur le retrait de Moscou, a plongé les chaînes d'approvisionnement mondiales dans le désarroi et poussé les prix des produits de base à la hausse.

"Nous sommes très inquiets de cette situation, mais nous ne sommes pas surpris. Ce n'est pas la première fois que la Russie utilise la nourriture comme une arme", a déclaré M. Wojciechowski.

Les grèves russes ont également ravivé l'attention sur les "voies de solidarité" de l'UE, les passages terrestres et fluviaux que l'Union a facilités pour aider Kiev à acheminer ses approvisionnements en céréales en temps de guerre. Cette initiative a été encouragée par un régime commercial spécial qui a exempté un large éventail d'exportations ukrainiennes de droits de douane et de taxes.

PUBLICITÉ

Les "couloirs de solidarité" ont jusqu'à présent permis le transport de 41 millions de tonnes de denrées alimentaires et de 36 millions de tonnes de produits non agricoles, selon les données publiées par la Commission européenne.

Mais l'afflux de céréales ukrainiennes à bas prix a suscité la colère de la Pologne, de la Hongrie, de la Slovaquie, de la Roumanie et de la Bulgarie, qui se sont plaintes de la surabondance qui remplit les entrepôts, fait baisser les prix pour les agriculteurs locaux et fausse leurs marchés intérieurs.

Face aux menaces de restrictions nationales non coordonnées, la Commission européenne s'est empressée de négocier un accord imposant des "mesures préventives exceptionnelles et temporaires" pour quatre cultures ukrainiennes : le blé, le maïs, le colza et les graines de tournesol, qui sont considérées comme ayant l'effet perturbateur le plus important.

Depuis le mois de mai, ces produits ne peuvent que transiter par les cinq pays de l'Est, ce qui signifie qu'ils ne peuvent être stockés sur leur territoire ni achetés pour la consommation nationale. Au lieu de cela, ils sont envoyés directement vers d'autres États membres, comme l'Espagne, l'Italie et les Pays-Bas, ou expédiés vers des pays en développement du monde entier.

Début juin, la Commission européenne a pris la décision de prolonger les interdictions jusqu'au 15 septembre, avertissant que l'élimination progressive serait définitive.

PUBLICITÉ

Cette prolongation a été approuvée malgré les objections formulées par les autorités de Kiev, y compris par le président Volodymyr Zelensky lui-même, et les "graves préoccupations" exprimées par l'Allemagne, la France et dix autres États membres dans une lettre commune.

"Aujourd'hui, nous avons cette interdiction temporaire qui est nécessaire car, sinon, les agriculteurs des pays de la ligne de front n'auraient pas survécu à cette situation", a déclaré M. Wojciechowski, avant d'ajouter : "Espérons que nous trouverons une solution et que le corridor de la mer Noire sera à nouveau libre".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Kyiv et Ankara discutent de la poursuite des exportations des céréales ukrainiennes en mer Noire

La Russie met fin à l'accord sur les céréales ukrainiennes

Charles Michel: la loi sur 'l'influence étrangère' éloigne la Géorgie de son rêve d'adhésion à l'UE