PUBLICITÉ

Donald Trump veut récuser la juge de son procès pour ses manœuvres après la présidentielle 2020

Ancien président américain Donald Trump
Ancien président américain Donald Trump Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ancien président des Etats-Unis Donald Trump a annoncé dimanche vouloir "récuser" la juge qui doit superviser son futur procès pour avoir tenté d'inverser les résultats de la présidentielle de novembre 2020 et favorisé l'assaut sur le Capitole le 6 janvier 2021.

PUBLICITÉ

"Je ne peux en aucune manière bénéficier d'un procès équitable avec la juge +assignée+ à cette affaire ridicule de liberté d'expression et d'élections justes", a tonné M. Trump, comme à son habitude en lettres majuscules, sur son réseau social Truth Social.

"Tour le monde le sait, elle comprise. Nous allons immédiatement demander que cette juge soit récusée, sur des fondements très solides, et de même (demander) un dépaysement (du procès) hors de (Washington) DC", a ajouté l'ancien président à propos de la juge fédérale Tanya Chutkan et du tribunal de la capitale fédérale américaine.

Son avocat, John Lauro, a toutefois nié dimanche qu'une décision finale avait été prise. M. Lauro a confirmé qu'il demanderait un changement de lieu, mais seulement après "quelques sondages" et "une analyse quantitative de la façon dont les gens réagissent à l'acte d'accusation".

La magistrate Tanya Chutkan doit présider l'affaire qui vaut à Donald Trump sa troisième (et plus grave) inculpation au pénal, et elle est connue pour avoir sévèrement condamné des partisans de l'ex-président ayant participé à l'assaut du Capitole.

Elle a été désignée de manière aléatoire pour superviser cette affaire judiciaire historique impliquant l'ex-président, inculpé le 1er août pour complot contre l'Etat en lien avec ses tentatives d'inverser le résultat de l'élection de novembre 2020.

L'ancien chef d'Etat américain est venu le 3 août plaider à Washington non coupable des quatre chefs d'accusation qui le visent. Le 28 août, il devrait connaître la date de son procès, le procureur spécial Jack Smith qui a enquêté souhaitant voir l'affaire jugée "sans délai".

"Toujours tort aujourd'hui"

M. Trump, favori des primaires du parti républicain en vue de la présidentielle de novembre 2024, a aussi été inculpé par la justice fédérale pour sa gestion supposée négligente de documents confidentiels de la Maison Blanche. Il est également poursuivi par la justice de l'Etat de New York dans une affaire de fraudes comptables présumées liées à des paiements pour acheter le silence d'une ancienne actrice de films X.

Les procès doivent se tenir en mars et mai 2024. Les Etats-Unis seront alors en pleine campagne électorale pour les primaires.

L'ancien vice-président de Donald Trump, le chrétien conservateur Mike Pence, s'est lancé dans la course en jugeant que les manœuvres de son ex-patron pour tenter d'inverser le résultat de la présidentielle de 2020 le disqualifiaient pour 2024.

"Le président Trump avait tort à l'époque et il a toujours tort aujourd'hui", a martelé M. Pence samedi sur la chaîne CBS. Et sur CNN dimanche, il a assuré qu'il se plierait à la loi s'il était convoqué par la justice pour témoigner contre M. Trump à son procès.

La semaine dernière, l'acte d'accusation a révélé que M. Pence avait pris des notes "contemporaines" à ses réunions avec M. Trump, qui avaient été remises au procureur spécial Jack Smith.

La date du procès de M. Trump dans l'affaire des élections devrait être annoncée le 28 août lors d'une audience devant Mme Chutkan.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'ancien président américain Donald Trump (encore) inculpé en Géorgie

Assaut du Capitole : 18 ans de prison pour le chef d'une milice d'extrême-droite

Démocratie en danger : peut-on comparer l'insurrection à Brasilia et l'assaut du Capitole ?