PUBLICITÉ

L'ancien président américain Donald Trump (encore) inculpé en Géorgie

C'est déjà la quatrième inculpation pour Donald Trump en 2023
C'est déjà la quatrième inculpation pour Donald Trump en 2023 Tous droits réservés Alex Brandon/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Alex Brandon/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Vincent Ménard avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Donald Trump et 18 autres personnes ont été inculpées à Atlanta pour avoir tenté de manipuler les résultats de l'élection présidentielle de 2020.

PUBLICITÉ

La justice de Géorgie a inculpé lundi à Atlanta l'ex-président américain Donald Trump et 18 autres personnes pour leurs tentatives présumées illicites d'obtenir l'inversion du résultat de l'élection de 2020 dans cet Etat clé.

Il s'agit de la quatrième inculpation pénale en moins de six mois pour Donald Trump, en campagne pour la primaire républicaine pour reconquérir la Maison Blanche en 2024.

La procureure du comté de Fulton, Fani Willis, a recouru à une loi en vigueur en Géorgie sur la délinquance en bande organisée, utilisée notamment contre les gangs et prévoyant des peines de cinq à vingt ans de prison.

Malgré la défaite du président sortant en Géorgie en 2020, "Trump et les autres prévenus ont refusé de reconnaître qu'il avait perdu et ont en connaissance de cause et délibérément participé à un complot pour changer illégalement le résultat de l'élection en sa faveur", selon l'acte d'accusation.

Un grand jury réuni dans la capitale de cet Etat du sud-est du pays a approuvé cette inculpation au terme d'une journée de déposition des témoins cités par l'accusation.

Ce panel de citoyens investis de pouvoirs d'enquête a été constitué par Mme Willis, qui enquête depuis 2021 sur cette affaire, afin de déterminer s'il existait assez d'éléments pour inculper Donald Trump, notamment pour des faits de fraudes et d'ingérences électorales.

Trump fustige une accusation "truquée"

"Cela m'a l'air truqué", a réagi M. Trump, en campagne pour la primaire républicaine pour reconquérir la Maison Blanche en 2024, dans un message posté sur son réseau social Truthsocial. "Pourquoi n'ont-ils pas inculpé il y a deux ans et demi ? Parce qu'ils voulaient le faire en plein milieu de ma campagne politique. Chasse aux sorcière !", a-t-il ajouté.

Lors d'une apparition sur MSNBC lundi soir, l'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton - qui a perdu l'élection présidentielle de 2016 face à Trump - a qualifié ce moment de "terrible pour notre pays, d'avoir un ancien président accusé de ces crimes terriblement importants."

"La seule satisfaction pourrait être que le système fonctionne. La justice est recherchée", a ajouté Mme Clinton.

L'enquête a été déclenchée par un appel téléphonique en janvier 2021 de Donald Trump -dont l'enregistrement a été rendu public - dans lequel il demandait à un haut responsable local de "trouver" les quelque 12 000 bulletins de vote à son nom qui lui manquaient pour remporter cet Etat.

Pour prévenir d'éventuelles pressions ou violences, des barrières de sécurité avaient été installées devant le tribunal à Atlanta.

Contrairement aux procès fédéraux, les débats devant la justice en Géorgie sont télévisés, mais le magnat de l'immobilier, qui doit une bonne partie de sa célébrité à l'animation d'une émission de télé-réalité, devrait être autorisé à s'y faire représenter.

Même en cas de victoire en 2024, s'il est condamné, il ne pourra ni se gracier lui-même ni obtenir l'abandon des poursuites par le bureau du procureur, puisqu'il s'agit d'une affaire au niveau de l'Etat de Géorgie sur laquelle l'Etat fédéral n'a pas autorité.

Cette procédure porte sur une partie des faits visés par l'inculpation le 1er août de Donald Trump devant un tribunal fédéral à Washington pour ses manœuvres présumées illégales lors de l'élection de 2020 dans sept Etats cruciaux, dont la Géorgie. La date du procès n'a pas encore été fixée.

L'ancien président, qui écrase ses adversaires dans les sondages pour la primaire républicaine, doit également être jugé en mars et mai 2024. 

Il devra répondre de l'achat du silence d'une actrice de films X, devant la justice de l'Etat de New York, puis de sa présumée négligence dans la gestion de documents confidentiels, devant la justice fédérale en Floride.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Inculpé, Donald Trump accuse Joe Biden de l'empêcher de faire campagne

Donald Trump veut récuser la juge de son procès pour ses manœuvres après la présidentielle 2020

Etats-Unis : Donald Trump plaide non coupable de complot après l'élection de 2020