PUBLICITÉ

La Pologne va déployer 4000 soldats supplémentaires à la frontière avec le Bélarus

Des soldats devant la frontière avec la Biélorussie, en mai dernier.
Des soldats devant la frontière avec la Biélorussie, en mai dernier. Tous droits réservés AP Photo/Michal Dyjuk
Tous droits réservés AP Photo/Michal Dyjuk
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Varsovie renforce sa présence militaire le long de sa frontière orientale. Depuis le début du mois d'août, plusieurs hélicoptères bélarusses auraient violé l'espace aérien polonais, selon les autorités.

PUBLICITÉ

La Pologne renforce sa présence militaire le long de sa frontière orientale. Dans le cadre de l'opération "Gorget", près de 4000 soldats viendront renforcer les effectifs déjà sur place pour protéger le pays contres d'éventuelles attaques de Minsk et du groupe paramilitaire Wagner. Car depuis le début du mois d'août, plusieurs hélicoptères bélarusses auraient violé l'espace aérien polonais, selon les autorités.

"Il ne fait aucun doute que le régime bélarusse coopère avec le Kremlin et que les attaques à la frontière polonaise visent à déstabiliser notre pays" a déclaréMariusz Błaszczak, ministre polonais de la Défense.

La Lituanie, qui partage également une frontière avec le Bélarus, a déclaré qu'elle allait fermer plusieurs postes-frontières d'ici le 18 août. Le gouvernement lituanien n'exclue pas une fermeture complète de la frontière si d'autres "attaques hybrides" devaient se produire.

Vendredi, Alexandre Loukachenko a pourtant affirmé avoir ordonné à son gouvernement de reprendre contact avec ses voisins. Le dirigeant bélarusse a rappelé que son pays ne pouvait pas "oublier l'Occident high-tech, l'Union Européenne et ses voisins."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pologne : lancement de la campagne électorale à un mois des législatives

La Pologne et la Lituanie s'inquiètent des "provocations" russes et biélorusses

En Pologne, la bunkérisation des frontières orientales fait fuir les touristes