EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Choc et protestations en Bosnie : le meurtre d'une femme est retransmis en direct sur les réseaux sociaux

Un policier tient un fusil lors d'une importante course-poursuite pour un homme qui a abattu son partenaire tout en le diffusant en direct sur Instagram à Gradacac, en Bosnie. 11 août 2023
Un policier tient un fusil lors d'une importante course-poursuite pour un homme qui a abattu son partenaire tout en le diffusant en direct sur Instagram à Gradacac, en Bosnie. 11 août 2023 Tous droits réservés AP/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés AP/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Una Hajdari
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Il a retrouvé sa compagne dont il était séparé, l'a abattue à bout portant et a diffusé le tout en direct sur Instagram. Le meurtre atroce d'une jeune femme a bouleversé la Bosnie, alors que les autorités font face à des pressions pour réduire la violence entre partenaires.

PUBLICITÉ

L'indignation et la tristesse ont envahi la Bosnie-Herzégovine et poussé des centaines de personnes à descendre dans la rue pour protester contre le meurtre brutal d'une jeune femme par son compagnon, qu'il a diffusé en direct sur Instagram.

Des pancartes portant des messages tels que "Arrêtez les agresseurs !" ont suivi les appels lancés aux autorités pour qu'elles renforcent leur réponse à la violence et aux abus commis par les partenaires.

Les manifestations ont également suivi les funérailles de Nizama Hećimović, qui ont eu lieu lundi à Gradačac, sa ville natale, où elle a été assassinée vendredi dernier par son partenaire qui l'avait traquée après qu'elle eut tenté de s'éloigner de lui à la suite d'incidents répétés d'abus.

L'auteur du crime est décrit dans les médias locaux comme un bodybuilder prospère qui participait à des compétitions internationales. Il avait également un casier judiciaire comportant des arrestations pour trafic de drogue à grande échelle.

Nizama Hećimović a été abattue en présence de leur enfant de neuf mois.

Son cousin a été blessé au cours de l'attaque, puis le tireur s'est lancé dans une série de fusillades, tuant deux hommes - un père et son fils - et en blessant deux autres alors qu'il poursuivait son carnage dans le centre de la ville, avant de se suicider.

Quelques jours seulement avant d'être tuée, Nizama Hećimović avait déposé une requête auprès du tribunal pour obtenir une ordonnance restrictive à l'encontre de son éventuel meurtrier.

Mercredi a été déclaré jour de deuil dans les deux principales entités du pays.

Un meurtre à l'ère des réseaux sociaux

La diffusion en direct sur Instragram et le compte de l'auteur du meurtre ont été supprimés, mais pas avant d'avoir commencé à attirer rapidement des spectateurs.

Il a annoncé son acte en déclarant : "Vous allez voir un meurtre en direct". Auparavant, le bodybuilder avait surtout posté des exercices de fitness et des photos de motos.

Le meurtre de Nizama Hećimović a enregistré plus de 12 000 vues et environ 300 likes avant d'être coupé, ce qui s'est également traduit par une augmentation du nombre de followers sur le compte du tueur.

Les autorités bosniaques chargées de suivre la cybercriminalité ont été informées de l'existence de la vidéo vers midi, vendredi, soit deux heures après le meurtre. Elles ont immédiatement envoyé une demande à Meta, la société mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, pour que la vidéo soit retirée.

Après avoir tué son partenaire, l'auteur a réalisé une autre vidéo en direct dans laquelle il annonçait qu'il allait assassiner d'autres personnes et qu'il traquait un homme et sa famille qui l'avaient poursuivi en justice par le passé, selon la presse locale. Le père et le fils ont été tués et la mère blessée, soit un total de trois victimes supplémentaires. Un policier assis dans sa voiture de patrouille a également été blessé lors de la fusillade.

Enfin, environ trois heures après la publication de la première vidéo, l'ensemble du compte a été fermé. Bien qu'aucun média bosniaque ou international n'ait partagé la vidéo, une recherche rapide effectuée par Euronews a révélé que plusieurs copies de la vidéo pouvaient encore être trouvées en ligne, ce qui se produit souvent lorsque le contenu n'est pas immédiatement bloqué sur la plateforme.

Instagram applique une politique de tolérance zéro à l'égard des photos de ce qu'il considère comme de la nudité féminine, mais sa réaction a été lente dans le passé lorsqu'il s'agissait de contenus violents.

La diffusion en direct du meurtre le plus célèbre est le massacre de Christchurch en 2019, lorsqu'un tireur d'extrême droite et nationaliste blanc est entré dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise pour tuer 51 personnes et en blesser 40 autres. L'événement a été entièrement diffusé sur Facebook, et des copies de la vidéo sont encore en ligne aujourd'hui.

L'incident a fait des émules dans le monde entier, provoquant l'indignation générale et forçant les plateformes de médias sociaux à s'engager à sévir contre le partage de contenus violents en ligne.

AP/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Une voiture, vue sur le site d'une fusillade, dans la petite ville bosniaque de Gradacac, en Bosnie, vendredi 11 août 2023.AP/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Les autorités affirment qu'il n'y a pas de mots, les citoyens s'indignent

Nermin Nikšić, le Premier ministre de la Fédération de Bosnie-Herzégovine, a déclaré qu'il ne trouvait pas les mots justes pour décrire son choc.

PUBLICITÉ

"Il n'y a pas de mots pour décrire ce qui s'est passé", a-t-il déclaré en exprimant ses "plus sincères condoléances" aux familles des victimes.

"Dès le début, toutes les capacités de l'administration de la police fédérale ont été disponibles et ont contribué aux recherches... malheureusement, des situations comme celle-ci ne peuvent pas être prédites, mais nous pouvons faire de notre mieux pour traiter de manière institutionnelle toute forme de violence et de crime", a conclu Nermin Nikšić.

D'autres responsables bosniaques ont fait des déclarations similaires, mais leurs propos n'ont pas apaisé les habitants.

Une assemblée informelle de citoyens de Gradačac a recueilli plus de 1 000 signatures dans une pétition exprimant leur indignation face au travail de prévention des autorités.

L'un des résidents locaux qui a participé aux manifestations, Miralem Topalović, a déclaré au site d'information national Klix.ba qu'il participait aux manifestations en tant que "rébellion contre l'inaction des institutions de l'État."

PUBLICITÉ

Dans une rare manifestation de solidarité régionale, les manifestants de Belgrade - qui organisent des rassemblements hebdomadaires contre la violence depuis qu'une fusillade dans une école de la capitale serbe a tué 10 élèves en mai - ont observé une minute de silence en solidarité avec les victimes de Gradačac.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La condamnation d'une Australienne qualifiée de "la pire tueuse en série" annulée grâce à la science

Perpétuité incompressible pour l'infirmière anglaise tueuse de nouveau-nés

Bosnie-Herzégovine : regain de tensions entre Banja Luka et Sarajevo