PUBLICITÉ

Des milliers de personnes fuient les feux de forêt dans le Nord canadien

Les incendies menacent de nombreuses personnes au Canada
Les incendies menacent de nombreuses personnes au Canada Tous droits réservés Joe O'Connal/AP
Tous droits réservés Joe O'Connal/AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des milliers de personnes vivant dans le Grand Nord canadien se sont ruées massivement vers le petit aéroport de Yellowknife jeudi et ont formé des convois de voitures sur la seule autoroute permettant d'évacuer par le sud ce vaste territoire menacé par de nombreux feux de forêt.

PUBLICITÉ

Plus de 20 000 personnes doivent évacuer Yellowknife, la capitale des Territoires du Nord-Ouest (TNO), d'ici vendredi midi, menacée par un important brasier non-maîtrisé à une quinzaine de kilomètres de ses murs.

Jeudi, dix vols ont permis d'évacuer approximativement 1 500 résidents et au moins 22 vols en partance de Yellowknife sont prévus vendredi. Les autorités territoriales estiment pouvoir évacuer environ le quart de ses résidents par voie aérienne et n'écartent pas la possibilité de poursuivre cet effort samedi.

"Nous allons continuer jusqu'à ce qu'on puisse sortir toute la population de Yellowknife", a affirmé jeudi soir Jennifer Young, des services d'urgence des TNO, lors d'une conférence de presse.

"L'autoroute était complètement paralysée" à la sortie de la ville, raconte à l'AFP Julie Downes, habitante de Yellowknife, qui a fui mercredi avec son mari et leurs trois chiens.

"Nous, les habitants du Nord, nous sommes des réfugiés du changement climatique", ajoute-t-elle la voix tremblante, ajoutant que plusieurs feux "de la taille de maisons" étaient visibles mercredi depuis l'autoroute.

L'Alberta voisine, au sud, se mobilise pendant ce temps en mettant sur pieds des centres d'évacuation, dont le plus près se situe à 1 150 kilomètres de distance de Yellowknife.

Une saison des feux qui bat tous les records

Depuis le printemps, le Canada connaît une saison des feux qui bat tous les records. Le pays est confronté ces dernières années à des événements météorologiques extrêmes dont l'intensité et la fréquence sont accrues par le réchauffement climatique.

Plus de la moitié de la population des Territoires du Nord-Ouest est sous ordre d'évacuation, et plusieurs autres localités à travers le pays, notamment en Colombie-Britannique (ouest), sont aussi sous un ordre d'évacuation ou en état d'alerte.

La ville de West Kelowna, au centre de la province, a notamment décrété en fin de journée jeudi l'état d'urgence en raison d'un incendie de forêt qui se rapproche dangereusement.

De forts vents devraient rendre les 48 prochaines heures "extrêmement imprévisibles" dans cette province, a déclaré la ministre de la Gestion des urgences et de la Préparation climatique, Bowinn Ma.

Jeudi, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a interrompu ses vacances en famille sur la côte ouest pour tenir une rencontre d'urgence avec des ministres et des hauts responsables afin de discuter "des feux de forêt et des conditions météorologiques extrêmes" dans tout le pays.

Ce dernier "a demandé aux ministres de collaborer avec leurs partenaires du secteur des télécommunications pour assurer l'accès continu des Canadiens touchés aux services essentiels", a déclaré son bureau, dans un communiqué.

Un brasier aux portes de la ville

"C'était un peu la panique dans la ville quand l'ordre d'évacuation a été annoncé", rapporte à l'AFP Sylvia Webster, la trentaine, alors qu'elle finit de préparer ses affaires pour partir.

"Mais aujourd'hui, tout le monde est plus calme", ajoute cette graphiste, consciente qu'elle "risque de tout perdre" car sa maison est à la limite de la ville, là où des coupe-feux ont été érigés et des arbres coupés.

Les intervenants d'urgence ont construit des pare-feux, formé des murs de gicleurs et installé des canons à eau dans le but d'empêcher le feu d'atteindre Yellowknife. Ce dernier demeure toutefois une réelle menace pour les prochains jours, ont déclaré les responsables.

"Ce n'est pas juste le feu qui s'approche mais aussi une épaisse fumée", a affirmé la maire de Yellowknife, Rebecca Alty.

Des vents du nord-ouest devraient être observés dans la région d'ici les deux prochains jours, une direction que "nous ne voulons pas", a déclaré Mike Westwick, du service des feux territorial, ajoutant que les prochains jours seront "critiques".

Plusieurs avions et hélicoptères ont ainsi été mobilisés pour aider aux évacuations, ainsi que plus d'une centaine de militaires.

PUBLICITÉ

Avec Yellowknife, il s'agit de la deuxième fois qu'une grande ville canadienne est évacuée en raison de feux de forêt. En 2016, 100.000 personnes avaient dû fuir Fort McMurray, en Alberta.

Plus tôt dans l'année, des banlieues d'Halifax, sur la côte atlantique, ont également été évacuées.

Plus de 1.050 feux ravagent actuellement le Canada d'est en ouest, dont plus de 230 dans les Territoires du Nord-Ouest. Près de 14 millions d'hectares -- environ la superficie de la Grèce -- ont brûlé dans le pays depuis le début de la saison, soit près du double du dernier record datant de 1989.

Et la saison risque encore de durer deux mois, prévenaient les autorités la semaine dernière.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

The Cube : pourquoi des hélicoptères combattent-ils le feu par le feu ?

Canada : 15 morts dans une collision entre un semi-remorque et un minibus

​L'Union européenne et le Canada créent une alliance verte