EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Incendies : un mort dans le centre de la Grèce, Tenerife en proie aux flammes

Un bâtiment brûlé après un incendie de forêt près de la ville d'Alexandroupolis, au nord-est de la Grèce, dimanche.
Un bâtiment brûlé après un incendie de forêt près de la ville d'Alexandroupolis, au nord-est de la Grèce, dimanche. Tous droits réservés Ilias Kotsireas/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Ilias Kotsireas/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par AFP & AP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Victime de fumées toxiques, un homme a perdu la vie dans le centre de la Grèce. Les pompiers luttent contre plusieurs foyers dans le pays. Aux Canaries, à Tenerife, l'incendie le plus important que l'île a connu depuis des décennies a été déclenché volontairement selon les autorités.

PUBLICITÉ

Un homme a été retrouvé mort lundi dans les feux de forêt dans la région de Béotie, dans le centre de la Grèce, alors que les pompiers luttent contre de nouveaux brasiers. "Un vieux berger a couru à sa bergerie pour sauver ses animaux et a été retrouvé mort, probablement intoxiqué par les fumées" d'incendie, a déclaré à l'AFP un porte-parole des pompiers. Un avis d'évacuation a été émis pour des touristes qui se trouvaient sur une plage voisine. Quelque 56 sapeurs-pompiers assistés de quatre avions interviennent sur place.

Un autre incendie s'est déclaré sur l'île d'Eviam où 42 pompiers et quatre quatre avions luttent contre les flammes. Les autorités de la protection civile ont mis en garde lundi contre un risque "extrême" d'incendie dans la région d'Athènes, et d'autres parties du sud de la Grèce. Les conditions très chaudes et sèches, qui augmentent le risque d'incendies, persisteront dans le pays jusqu'à vendredi.

Les incendies font également rage dans l'extrême nord-est de la Grèce près de la ville portuaire d'Alexandroupolis. Sept pompiers et un volontaire ont été hospitalisés pour des blessures. Une douzaine de groupements de population ont été évacués au cours du week-end.

Fin juillet, le pays a connu sa pire canicule lors d'un mois de juillet, avec des températures dépassant les 40°C en de nombreux endroits. Alors attisé par des vents violents, un incendie avait ravagé près de 17 770 hectares en dix jours au sud de Rhodes, île touristique très prisée du sud-est de la mer Egée.

"Nuit très difficile" sur l'île de Tenerife

L'incendie qui embrasse depuis mardi soir Tenerife, plus grande île de l'archipel espagnol des Canaries, a été déclenché délibérément, a déclaré le président régional des Îles Canaries, Fernando Clavijo, sans préciser s'il y avait eu des arrestations.

L'amélioration des conditions météorologiques a permis aux pompiers de progresser cette nuit dans leur lutte pour maîtriser l'incendie, ont indiqué les autorités dimanche. "La nuit a été très difficile", a déclaré Rosa Dávila, présidente du Conseil de Tenerife, lors d'une conférence de presse.

Bien que l'incendie dans le nord-est de l'île ne soit pas proche des principales zones touristiques du sud-ouest, le gouvernement régional a ordonné l'évacuation d'un hôtel public dans le parc national du volcan Teide, dans le centre de Tenerife, à environ 50 kilomètres au sud-ouest de la zone d'incendie. 11 600 hectares de forêts de pins et de maquis ont déjà brûlé et 12 000 personnes ont été évacuées de zones à risque, tandis qu'aucun blessé n'a encore été signalé.

Arturo Rodriguez/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Le village de Benijos à Tenerife, îles Canaries, Espagne, samedi.Arturo Rodriguez/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.

L'incendie, décrit comme le plus grave qu'ait connu Tenerife depuis des décennies, menace 11 zones urbaines situées le long d'une zone montagneuse escarpée et abrupte. Plus de 400 pompiers et soldats ont été déployés, ainsi que 23 hélicoptères et avions transportant de l'eau.

L'archipel subit une importante sécheresse depuis plusieurs années, comme la majeure partie de l'Espagne continentale, du fait de l'évolution des conditions météorologiques sous l'effet du changement climatique.

L'Espagne continentale connaît une nouvelle vague de chaleur qui durera jusqu'à jeudi. Les services météorologiques espagnols ont déclaré que les températures augmenteraient progressivement pour atteindre 40 degrés dans certaines régions du pays mercredi et jeudi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Feux de forêt à Tenerife en août : pourquoi une telle intensité ?

No Comment : les pompiers grecs tentent de sauver un monastère

Grèce : un incendie au sud-est d’Athènes attisé par des vents violents